Invoquer la nature humaine ?…

Il a beaucoup été question, ces derniers temps, de nature.

Mais pas de la nature dont la fête était programmée dimanche dernier. Pas des bêtes petites et grosses, ni des « petites fleurs petits oiseaux » raillées par divers tristes sires.
Non. On a parlé de nature humaine. Osons le poncif : dans une époque en perte totale de repères, on tâche de se raccrocher à une « nature humaine » comme étant le fondamental, le Donné – qu’on ne pourrait remettre en question – dans l’espoir que cela, au moins, fera consensus. Un consensus bien minimal, d’ailleurs, aux allures de coup de talon au fond de la piscine.

En l’occurrence, il s’agissait de rappeler que dans la nature humaine, il y a le fait d’être un mammifère, et même un primate, ce qui implique une reproduction sexuée avec, sauf cas de force majeure, une prise en charge importante et longue de la progéniture par les géniteurs. (Le constat n’est pas réfutable). Et donc, qu’il serait illégitime et dangereux d’avancer des pions dans le sens d’autres formes de reproduction, ladite progéniture risquant d’en faire les frais avec de lourdes conséquences.

Ceux qui lisent régulièrement ce blog savent que dans un épisode précédent, j’ai énoncé brièvement mon accord avec cette dernière phrase, et je n’y reviens pas. En revanche, ce qui me dérange un brin, c’est le recours à l’argument de la nature. Qu’il me soit donc permis de me demander, d’une manière très naïve, s’il est bien raisonnable de défendre un comportement humain sous l’argument de naturalité. N’ayant fait aucunes études en philosophie, je m’excuse par avance auprès des plus qualifié(e)s que moi en la matière du ras-les-pâquerettes de ce qui va suivre. Je ne suis qu’un primate qui se gratte le cortex avec perplexité.

En effet, premier point : qu’est-ce que la nature humaine ? Si son statut de vertébré mammifère primate et hominidé n’est pas niable, la suite s’avère un poil plus complexe (ben oui. Mammifère = poil. Moyennant quoi Charles Quint ramassant le pinceau du Titien portait secours à un mammifère en détresse. Pouf, pouf). Des générations de philosophes plus ou moins inspirés s’y sont essayés, peignant une nature humaine tantôt foncièrement bonne, tantôt infâme, parfois barbare et adoucie peu ou prou par des choix culturels. Un inlassable ping-pong propose tantôt un « bon sauvage » perverti par la modernité, tantôt, et c’est le plus courant, une « animalité » violente et sans scrupules que seule pourrait tempérer ladite civilisation : le raffinement de la « culture » contre l’état « brut » de la nature. Au mieux, on s’accorde sur une nature ambivalente avec du bon et du moins bon.
C’est le premier souci : l’animalité, souvent réprouvée, serait, sur le sujet qui nous occupe, un critère automatique de sacralisation. Ce qui n’est pas très logique. Pourquoi cette fois-ci et pas les autres ?

D’aucuns invoquent encore la « nature » pour ériger un piédestal à un lot minimal de droits, bombardés naturels : liberté, sécurité, propriété. Ce qui laisse un goût amer d’arbitraire, notamment pour le dernier : nous ne savons fichtre rien du sens de la propriété chez les plus anciens spécimens de notre espèce ; et si « lui », alors pourquoi pas beaucoup d’autres ? Qu’en est-il, par exemple, de la prise en charge des plus faibles par le groupe – attestée chez Neandertal où des fossiles démontrent que des individus inaptes à se nourrir par eux-mêmes ont longuement survécu ? Vous voyez le souci : cette nature mal définie, partiellement connue… rien de solide ne nous protège du travers consistant à la convoquer dans nos rangs en fonction de nos besoins.
Les Pères de l’Eglise, Hildegarde de Bingen et bien d’autres ont combattu le vice consistant à justifier par « la nature humaine » même la propension à pécher… « Je n’y peux rien, c’est ma nature » – la nature étant comprise comme ce à quoi il est impossible ou impensable de s’opposer. Entre l’impossible consensus sur le contenu des colonnes nature et culture, et le risque de devoir, par cohérence, accepter « en bloc » la première d’entre elles dans son intégralité, y compris la ligne « assommer son rival à l’aide d’une massue noueuse » – ou alors de se composer une opportuniste « nature humaine à la carte », l’argument de nature apparaît déjà comme bien périlleux.

Ce qui nous amène au point deux… N’y a-t-il pas bien longtemps que l’homme a choisi, pour le bien ou pour le mal, de s’affranchir du cadre tracé par sa nature – par la nature – et de redéfinir lui-même, inlassablement, sa place ?
Parce que, bon… Dans la nature de notre espèce Homo sapiens, il y a d’abord le comportement de chasseur-cueilleur. Celui qui consiste à vivre en accord avec les ressources naturelles, à se conformer à ce qui est simplement donné, mais dont la régularité est rien moins que garantie. Un jour, ou plutôt en quelques siècles, l’homme a fait, dans différents coins du monde, un autre choix, et il a poursuivi ce chemin, celui du « prendre » plutôt que du « recevoir ». Et il n’est pas exclu que le péché originel de la Genèse soit une vague réminiscence de ce choix, radical et sans doute irrémédiable ; un choix qui, en tout cas, a détaché l’homme à jamais de l’ensemble des autres créatures vivantes… et de la nature. Le choix d’une autre logique que celle de la nature.
Certaines études avancent d’ailleurs l’hypothèse que de nombreuses tensions sociétales et crises diverses, dont la crise financière et écologique de notre temps, trouvent leur origine dans le conflit entre un génome de chasseur-cueilleur, avec ses réflexes de prédation, et un environnement artificiel, conçu autour d’une logique de production. Ce qui engendre des comportements excessifs ou carrément inadaptés, de stockage, d’accumulation, de territorialité belliqueuse, de gloutonnerie – de peur excessive du manque, en dépit d’une production massive et régulière, et de moyens techniques démesurés d’arrachement de la ressource au substrat.

Dans ces conditions, quel sens peut-on encore donner au fait de se réclamer de la nature humaine sur un sujet ponctuel, quel qu’il soit ? Quel cas en faisons-nous dans le reste de notre existence ?

Bref : décidément, l’argument de la nature humaine en tant que tel ne me semble pas une bonne idée. Trop glissant. Trop facile à retourner. Trop suspect d’opportunisme – « je défends la nature humaine, quand elle me convient ». Trop loin de la réalité à tant d’égards.
Non… De même que le progrès ou la tradition, que « l’ouverture » ou « les racines », la nature, pas plus d’ailleurs que la culture, ne peut être jugée « bonne en soi », par définition, par essence. On ne peut défendre une disposition comme « bonne parce que naturelle » : c’est parce qu’on la juge bonne, davantage propre à assurer un harmonieux épanouissement de l’homme, qu’on défendra une disposition naturelle. Faute de quoi, nous n’échapperons pas, tôt ou tard – et plutôt tôt que tard – au piège de l’incohérence. Il est parfois bon que l’homme respecte sa nature, et parfois qu’il s’en libère, et son lot est de discerner en pleine liberté. Il y a beaucoup d’autres façons d’argumenter, beaucoup plus solides, pour établir le bien-fondé d’une façon de vivre, et notamment celle-ci.

Publicités

Prière consternée

Je suis allé près du fleuve et j’ai voulu te rencontrer dans le chant de l’eau.
Mais je n’ai entendu que le tourbillon d’acier de l’autoroute.

Je suis monté sur le plateau et je t’ai recherché dans l’air frais du matin.
Mais je n’ai senti que les remugles de l’usine chimique.

Je suis entré dans le village et je t’ai recherché dans le ballet des hirondelles.
Mais je n’ai vu voler que quelques papiers gras.

Par les prés et les vergers, j’ai recherché la Pie-grièche et le Tarier pour qu’ils me parlent de toi.
Mais je n’ai vu qu’un tracteur qui déversait des nappes de poison sur les fleurs des pêchers.

Je t’ai recherché dans cet homme au travail, faisant produire à son champ son fruit.
Mais je l’ai vu sanglé dans son scaphandre, enfermé dans sa cabine, torturant la terre pour lui arracher quelque argent.

Je t’ai recherché dans l’église au milieu du vieux bourg.
Je l’ai trouvée fermée.

Autour d’elle, ils tourbillonnaient, et poursuivaient leurs dieux.
Et toi, tu nous attends.

« Il regarde notre existence comme un amusement, la vie comme un marché où l’on se rassemble pour le gain; car, disent-ils, il faut acquérir par tous les moyens, même le crime.» (Sagesse 15, 12)

Au marché, on spécule sur la terre empoisonnée, on vend au plus offrant ton église vide d’hommes, on hoche la tête : « C’est cela, être homme, c’est cela, la nature humaine ! Dieu ne nous a-t-il pas faits ainsi ? »

Je ne sais pas si tu en tires encore amusement.

D’autres te cherchent, parfois sans te connaître. Ce matin, eux non plus, ils n’étaient pas au marché, ni sur l’autoroute. Ils cherchaient la vie au bord du fleuve, sur le plateau, dans le village. Peut-être un jour, trouveront-ils d’inattendus alliés.

« Car la créature, soumis à toi, son Créateur, déploie son énergie pour tourmenter les méchants, et se relâche pour procurer le bien de ceux qui se confient en toi. (Sagesse 16, 24) »

Aujourd’hui, c’est pauvretés

Il y a plusieurs jours que je cogite une note. Une très jolie note avec plein de références bibliques, parce que ça fait très savant. Cela pourrait faire presque aussi savant que le blog de mon ami Pneumatis – quoiqu’en fait, non, ça ne réussirait pas à donner le change plus de deux lignes.
Mais je suis trop fatigué. C’est que la protection de la nature n’est pas qu’une vocation exaltante et portée, si on le veut bien, par l’émerveillement et par l’Esprit. D’une manière très prosaïque, c’est aussi un métier, un travail, et comme tout travail, fatiguant. Le printemps est bien entendu la période la plus chargée. Tous les jours, sauf à ce qu’il pleuve des câbles d’ascenseur, c’est au lever du soleil que les oiseaux s’en donnent à cœur joie et c’est donc là qu’il faut aller les rejoindre, fût-ce à cent kilomètres de notre couette douillette.
Vous me direz que c’est mieux que de se lever à la même heure pour rejoindre une usine grise. Je n’en disconviens pas.
Ce temps, du reste, ne représente guère qu’un tiers du total sur l’année, voire moins. Ensuite, c’est la saisie et l’analyse de toutes ces données, la consignation écrite de toutes ces splendeurs plus ou moins endommagées, et puis, comme un avocat qui aurait bouclé son dossier, la défense, le combat, la plaidoirie pour sauver inlassablement ce qui, du Temple cosmique où Dieu se donne à voir premièrement, a échappé pour encore quelque temps à notre avidité.
Bref : c’est un travail, un vrai, qui n’est pas moins fatiguant qu’un autre, un travail de l’homme avec ses bons et ses mauvais côtés, ses beautés et ses duretés, ses agréments et ses difficultés.
De sorte que généralement, début mai, un protecteur de la nature éprouve le besoin de souffler comme un joueur à la mi-temps.
Et c’est mon cas, manque de chance, en ce jour même où le Christ renouvelle l’appel et nous envoie, de toutes les nations, faire des disciples. Mais lui-même savait aussi leur dire parfois : allez vous reposer.
Aujourd’hui, comme ce papillon aux ailes usées, je n’ai à lui donner, moi, que mes pauvretés, ma fatigue, mon épuisement, ma finitude.

Papillon âgé

Il n’y aura donc pas de note érudite aujourd’hui. Ce sera une bonne journée pour accepter mes limites et lâcher prise de la volonté de puissance qui eût pu m’atteler quand même à cet article qui aurait fait bien. Ce sera une journée de rencontre simple avec le Christ, ce soir, et avec la Création telle qu’elle voudra bien se donner où nous sommes. Dans la phacélie qui a éclos avant-hier et déploie les fastes de sa torche mauve sur le balcon, dans la verdeur de notre cornouiller, ressuscité miraculeux de cet hiver, dans un parc du quartier.
Ce sera la simplicité donnée et acceptée, du moins, je vais m’employer à bien l’accepter, c’est promis.