#NDDL L’écologie… vous vous souvenez ?

Devinette. Quel est ce thème, cause principale d’opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dont personne ne dit un mot, sur nos plateaux, depuis hier midi ?

J’avais vaguement espéré que quelqu’un se souviendrait, au jour de l’abandon de Notre-Dame des Landes, qu’on renonçait d’abord là à un projet dénoncé, de manière massive et documentée, comme écocide et climaticide.

Finalement, un seul thème domine. « Test pour l’exécutif », « déni de démocratie », et autres variantes sur le registre « une lubie de bobos urbains hystériques doit-elle bafouer l’État de droit, la République et le progrès ? »

Amusant (mais d’un rire jaune).

Amusant, tout d’abord, d’entendre crier au déni de démocratie des personnalités qui il y a quatre ans répétaient à tout crin que « l’insurrection était le droit sacré des opprimés quand le gouvernement bafoue le bon sens, la liberté, la loi naturelle » et tutti quanti, pour s’opposer à un projet soutenu par une large majorité de Français. Assez large en tout cas pour qu’il fût hors de doute qu’une consultation informelle et sur mesure analogue au « référendum » sur Notre-Dame des Landes eût abouti à une large adhésion. Quelle crédibilité accorder à des défenseurs des « valeurs de la République » qui les convoquent ou les récusent à volonté, selon qu’elles vont ou non dans leur sens ?

Amusant, ensuite, de la part de médias qui le reste de l’année ne manquent pas de relayer les alertes toujours plus pressantes des écologues et des climatologues. Mais lorsqu’il s’agit de trancher sur un cas concret, voilà les enjeux écologiques même plus balayés : oubliés sans être seulement examinés ! Quelle crédibilité accorder à des tribunes qui après avoir publié les études terrifiantes sur l’effondrement des écosystèmes et les hausses de température mondiale, n’en font même plus mention lorsqu’il s’agit de débattre du bien-fondé d’un projet visant à détruire le bocage humide au profit de l’avion ? Quand les voyants rouges clignotent, quand les alarmes sonnent, c’est pour nous avertir d’agir et de changer de conduite, pas pour faire danser sous la boule à facettes.

Nous n’en sommes même pas encore à envisager de ralentir, ni même de tourner le volant ! Pourtant, il est là, le débat qui doit être ouvert, et vite : ralentir, pour de bon, notre orgie de ressources, non pas chercher à la cacher sous un vague badigeon vert. « Le trafic aérien augmentera quand même, il ira juste ailleurs, et Nantes aura perdu sa part du gâteau » clament les « pro ». C’est là, très exactement, un raisonnement de buffet à volonté sur le Titanic : oublions la coque fendue, oublions l’eau qui monte depuis la cale, les « troisième classe » qui tambourinent aux couloirs grillagés : c’est servi, alors mangeons.

Évacuer ce modèle qui sombre avant qu’il ne nous entraîne tous ? Vous n’y pensez pas !

C’est là, pourtant, que cet abandon doit être non une fin, mais un début. Le début d’une vraie alternative, la fondation d’un autre monde où le « toujours plus » (de bitume, de béton, de métal, de pétrole, d’énergie) ne sera plus le seul chemin. Où le trafic motorisé n’aura plus à croître, inéluctablement, jusqu’à nous avoir tous asphyxiés.

Un monde où nous sauterons de la casserole avant d’avoir bouilli…

Déni de démocratie, disent-ils. J’y reviens.

Je relis les courriers adressés aux ministres successifs par les naturalistes locaux. Ils dénoncent de manière très factuelle et précise les lacunes de l’étude d’impact. Excusez du peu : pas de recherche spécifique de la Loutre, alors qu’elle est connue dans les bocages humides voisins ! Pas de recherche des sites d’hivernage des chauves-souris arboricoles ! Pas de distinction entre les zones humides exploitables par le Crapaud commun (qui pond dans les pièces d’eau permanentes) et le Pélodyte ponctué (espèce pionnière qui n’exploite que des mares temporaires) !

Et une DUP a pu être défendue et des arrêtés préfectoraux rendus avec des manques aussi énormes concernant des enjeux fondamentaux, donc, que :

  • la Loutre, l’un des grands mammifères les plus rares de France ;
  • les différentes espèces d’Amphibiens : rien de sérieux n’était prévu pour sauvegarder les espèces aux écologies complètement différentes de ce groupe faunique particulièrement menacé, essentiel pour les équilibres biologiques (régulation des ravageurs agricoles) ;
  • les Chauves-souris, dont la France a perdu la moitié de ses populations en dix ans, à l’importance écologique similaire à celle des Amphibiens pour des raisons analogues…

Une telle étude aurait valu zéro au moindre stagiaire. Elle revient à leurrer les citoyens sur les dégâts infligés à leur patrimoine commun, aux fonctionnalités écologiques qui leur permettent de vivre ici-bas. Et dans ces conditions, ils auraient dû rendre un avis éclairé ?

Où est le déni de démocratie ?

Encore eût-il fallu, me direz-vous, que le citoyen fût assez formé pour mesurer le sens de pareils manques, pour comprendre qu’on ne compense pas la destruction de frênes ou de saules centenaires à cavités comme ça, en quelques clics. Ce déficit français de culture écologique est réel. À nous, associations, d’en prendre la mesure et de le combler, en pleine transparence.

Là aussi, c’est affaire de démocratie. Nous vivons en un temps où décider pour la cité requiert quelques connaissances ès amphibiens et chauves-souris, comme autrefois de savoir coiffer le casque de bronze.

Pélodyte citoyen

Pélodyte s’essayant à l’exercice de la citoyenneté

Mais revenons à ce 17 janvier. Que l’exécutif ait reculé face à la perspective d’une évacuation qui aurait sans doute provoqué au moins une demi-douzaine de morts plutôt que devant les enjeux climatiques est peu douteux. Cela ne devrait pas nous empêcher d’en parler.

Ici, l’affaire confine à notre rapport à la vérité.

En réduisant le dossier à un conflit d’egos entre un gouvernement et des zadistes, entre le gourdin (pour ne pas dire autre chose) des uns et des autres, le débat public nous enfonce dans un marigot relativiste : celui où il n’existe ni bien, ni mal, ni juste, ni injuste ; pas de bien commun ; rien qu’un pugilat de lobbys prêts à tout pour faire triompher leur intérêt propre. On a vu ce discours triompher, le matin même, à propos des associations caritatives venant au secours des migrants. Elles ont été accusées d’entretenir la misère, sinon de la créer, car elles en auraient « besoin pour exister ». Il n’y aurait en somme ici-bas que des pompiers pyromanes et des Docteur Knock.

Pour Marx, tout n’est que lutte des classes ; pour nos modernes médias, bientôt pour nous, tout n’est qu’arène d’individus égocentriques, menteurs sans scrupules. Dans ce monde, tout est également vrai et faux, c’est-à-dire faux tout court. Le bond a semble-t-il été franchi entre « la neutralité est un mythe, il y a toujours un biais observateur » et « il n’y a ni vérité ni réalité, rien qu’un supermarché de mensonges ».

Il n’existerait, dans cette vision, personne de sincère, ni surtout personne de soucieux du bien des autres. Et d’ailleurs, cela compromet réellement nos possibilités de le faire nous-mêmes, même si nous le voulons.

Car décider nécessite non seulement d’examiner les faits, mais aussi de croire à leur réalité. Pourquoi croire que tel pays est en guerre, qu’Untel y est en danger ? Pourquoi faut-il accorder foi aux cartes de répartition de la loutre, aux données sur l’écologie du pélodyte… ou sur le trafic aérien ? Si nous restons vissés au discours «  il n’y a pas de faits, il n’y a que des lobbys », il n’existe plus de réponse à aucune de ces questions. Et plus aucun choix n’est possible, sinon le ralliement au menteur (présumé) que l’on préfère.

Qui, dans les débats de ces dernières heures, s’est soucié de la réalité, de dire la vérité sur l’impact de ce projet sur la vie et le bien commun ? Pas grand-monde. Vous avez « trouvé le pélodyte ? Moi, je dis qu’il n’y en a pas, parce que dix décisions de justice n’en font pas mention. Donc, j’ai le droit de dire qu’il n’y en a pas. »

Mais ça, c’est faux. Le monde ne peut certes pas être décrit en entier de manière neutre, mais il existe. Le pélodyte est vraiment là – même si le juge l’a oublié. Ce cirque a trop duré.

Il faut une épaisse couche de désinformation et d’ignorance pour voir prospérer cette consternante lecture, où le fond n’importe plus, où la teneur des idées compte moins que l’étiquette apposée à leur auteur.

Au lieu de ça, enfilez vos bottes et sortez le soir. Vous verrez si le Pélodyte n’est pas vrai.

 

 

Publicités