Une chute de neige très politique

Tout est politique en notre siècle de crise/progrès/technologie/résurgence réactionnaire/folie néolibérale/foot-business/ratons-laveurs connectés (rayer les mentions inutiles), comme l’illustrent les réactions des grands de notre temps aux calamités météorologiques frappant en cascade la ville-monde-lumière. Aperçu.

Sylvain Maillard : « La grande majorité des flocons choisissent librement de tomber. »

Marlène Schiappa : « Assurer l’égalité des droits des flocon.n.es à atteindre le point de chute de leur choix est une priorité du gouvernement. »

Christian Estrosi : « Grâce à notre réseau de vidéosurveillance, le premier d’Europe, pas un flocon n’a pu frapper les rues de Nice. »

Edinson Cavani : « On parle beaucoup de Neymar, mais je marquerai un triplé sur la neige avant lui. »

Christophe Barbier : « Les Français doivent apprendre à renoncer à leur cinquième centimètre de neige et aller travailler. »

Laurent Wauquiez : « La neige en hiver est un symbole fort de nos racines chrétiennes françaises, que j’ai toujours su préserver en Haute-Loire, contre l’avis des écologistes parasites.»

Islamisation.info : « La France couverte d’un voile neigeux : tradition ou soumission à l’islamisme rigoriste ? »

L’informatrice zélée : « Si vous tracez une croix gammée dans la neige devant l’Assemblée nationale, vous verrez très distinctement un insigne nazi, ce qui prouve les accointances douteuses de la République avec les idéologies extrémistes. »

Henry de Lesquen : « La raréfaction de la neige est le résultat de la congoïdisation du pays. »

Libération : « Ils aiment les hivers froids et neigeux : enquête chez les intégristes de la météo » (sondage exclusif : mon enfant aime faire des bonshommes de neige, est-il réactionnaire et homophobe ?)

L’Humanité : « La neige bourgeoise à l’assaut des prolétaires sous-chauffés »

Le Nouveau Détective : « La sorcière blanche : elle laisse ses enfants jouer dans la neige sans bonnet, ils finissent chez le pédiatre »

Limite : « Pas con l’ancien ! Les conseils exclusifs de nos ancêtres : le bonnet de laine protège du froid »

Challenges : « La raquette connectée est-il l’avenir du transport parisien ? »

WeDemain : « Il invente un mode de transport sur neige révolutionnaire grâce à deux planches de récupération fixées sous ses pieds, reliées à une application météo »

L’Express : « Or blanc : pourquoi il faut mettre fin au monopole de l’hiver sur la neige »

Les Echos : « Les fonctionnaires qui vident les sacs de neige sur nos têtes sont-ils trop nombreux ? »

Le Figaro : « Paris-neige: la dernière lubie pas si écolo d’Anne Hidalgo »

Le Point (édition spéciale) : « Glaciation de Würm / Invasion barbare de 406 / Retraite de Russie / Chutes de neige à Paris : l’hiver, saison des effondrements de civilisation ? »

Samuel Laurent : « DÉCODEX : Pourquoi 10 centimètres de poudreuse ce n’est pas (encore) la fin du monde »

Aleteia : « Est-il chrétien de préférer la neige au foulon comme symbole de blancheur ? »

Grégory Coupet : « Cette chute de neige, je l’aurais arrêtée. »

Quant à Emmanuel Macron, il a choisi de gravir symboliquement la butte Montmartre en moon-boots, envoyant un signe fort de sa détermination à réformer le climat (le blizzard a empêché notre reporter d’immortaliser la scène).

Publicités

#NDDL L’écologie… vous vous souvenez ?

Devinette. Quel est ce thème, cause principale d’opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dont personne ne dit un mot, sur nos plateaux, depuis hier midi ?

J’avais vaguement espéré que quelqu’un se souviendrait, au jour de l’abandon de Notre-Dame des Landes, qu’on renonçait d’abord là à un projet dénoncé, de manière massive et documentée, comme écocide et climaticide.

Finalement, un seul thème domine. « Test pour l’exécutif », « déni de démocratie », et autres variantes sur le registre « une lubie de bobos urbains hystériques doit-elle bafouer l’État de droit, la République et le progrès ? »

Amusant (mais d’un rire jaune).

Amusant, tout d’abord, d’entendre crier au déni de démocratie des personnalités qui il y a quatre ans répétaient à tout crin que « l’insurrection était le droit sacré des opprimés quand le gouvernement bafoue le bon sens, la liberté, la loi naturelle » et tutti quanti, pour s’opposer à un projet soutenu par une large majorité de Français. Assez large en tout cas pour qu’il fût hors de doute qu’une consultation informelle et sur mesure analogue au « référendum » sur Notre-Dame des Landes eût abouti à une large adhésion. Quelle crédibilité accorder à des défenseurs des « valeurs de la République » qui les convoquent ou les récusent à volonté, selon qu’elles vont ou non dans leur sens ?

Amusant, ensuite, de la part de médias qui le reste de l’année ne manquent pas de relayer les alertes toujours plus pressantes des écologues et des climatologues. Mais lorsqu’il s’agit de trancher sur un cas concret, voilà les enjeux écologiques même plus balayés : oubliés sans être seulement examinés ! Quelle crédibilité accorder à des tribunes qui après avoir publié les études terrifiantes sur l’effondrement des écosystèmes et les hausses de température mondiale, n’en font même plus mention lorsqu’il s’agit de débattre du bien-fondé d’un projet visant à détruire le bocage humide au profit de l’avion ? Quand les voyants rouges clignotent, quand les alarmes sonnent, c’est pour nous avertir d’agir et de changer de conduite, pas pour faire danser sous la boule à facettes.

Nous n’en sommes même pas encore à envisager de ralentir, ni même de tourner le volant ! Pourtant, il est là, le débat qui doit être ouvert, et vite : ralentir, pour de bon, notre orgie de ressources, non pas chercher à la cacher sous un vague badigeon vert. « Le trafic aérien augmentera quand même, il ira juste ailleurs, et Nantes aura perdu sa part du gâteau » clament les « pro ». C’est là, très exactement, un raisonnement de buffet à volonté sur le Titanic : oublions la coque fendue, oublions l’eau qui monte depuis la cale, les « troisième classe » qui tambourinent aux couloirs grillagés : c’est servi, alors mangeons.

Évacuer ce modèle qui sombre avant qu’il ne nous entraîne tous ? Vous n’y pensez pas !

C’est là, pourtant, que cet abandon doit être non une fin, mais un début. Le début d’une vraie alternative, la fondation d’un autre monde où le « toujours plus » (de bitume, de béton, de métal, de pétrole, d’énergie) ne sera plus le seul chemin. Où le trafic motorisé n’aura plus à croître, inéluctablement, jusqu’à nous avoir tous asphyxiés.

Un monde où nous sauterons de la casserole avant d’avoir bouilli…

Déni de démocratie, disent-ils. J’y reviens.

Je relis les courriers adressés aux ministres successifs par les naturalistes locaux. Ils dénoncent de manière très factuelle et précise les lacunes de l’étude d’impact. Excusez du peu : pas de recherche spécifique de la Loutre, alors qu’elle est connue dans les bocages humides voisins ! Pas de recherche des sites d’hivernage des chauves-souris arboricoles ! Pas de distinction entre les zones humides exploitables par le Crapaud commun (qui pond dans les pièces d’eau permanentes) et le Pélodyte ponctué (espèce pionnière qui n’exploite que des mares temporaires) !

Et une DUP a pu être défendue et des arrêtés préfectoraux rendus avec des manques aussi énormes concernant des enjeux fondamentaux, donc, que :

  • la Loutre, l’un des grands mammifères les plus rares de France ;
  • les différentes espèces d’Amphibiens : rien de sérieux n’était prévu pour sauvegarder les espèces aux écologies complètement différentes de ce groupe faunique particulièrement menacé, essentiel pour les équilibres biologiques (régulation des ravageurs agricoles) ;
  • les Chauves-souris, dont la France a perdu la moitié de ses populations en dix ans, à l’importance écologique similaire à celle des Amphibiens pour des raisons analogues…

Une telle étude aurait valu zéro au moindre stagiaire. Elle revient à leurrer les citoyens sur les dégâts infligés à leur patrimoine commun, aux fonctionnalités écologiques qui leur permettent de vivre ici-bas. Et dans ces conditions, ils auraient dû rendre un avis éclairé ?

Où est le déni de démocratie ?

Encore eût-il fallu, me direz-vous, que le citoyen fût assez formé pour mesurer le sens de pareils manques, pour comprendre qu’on ne compense pas la destruction de frênes ou de saules centenaires à cavités comme ça, en quelques clics. Ce déficit français de culture écologique est réel. À nous, associations, d’en prendre la mesure et de le combler, en pleine transparence.

Là aussi, c’est affaire de démocratie. Nous vivons en un temps où décider pour la cité requiert quelques connaissances ès amphibiens et chauves-souris, comme autrefois de savoir coiffer le casque de bronze.

Pélodyte citoyen

Pélodyte s’essayant à l’exercice de la citoyenneté

Mais revenons à ce 17 janvier. Que l’exécutif ait reculé face à la perspective d’une évacuation qui aurait sans doute provoqué au moins une demi-douzaine de morts plutôt que devant les enjeux climatiques est peu douteux. Cela ne devrait pas nous empêcher d’en parler.

Ici, l’affaire confine à notre rapport à la vérité.

En réduisant le dossier à un conflit d’egos entre un gouvernement et des zadistes, entre le gourdin (pour ne pas dire autre chose) des uns et des autres, le débat public nous enfonce dans un marigot relativiste : celui où il n’existe ni bien, ni mal, ni juste, ni injuste ; pas de bien commun ; rien qu’un pugilat de lobbys prêts à tout pour faire triompher leur intérêt propre. On a vu ce discours triompher, le matin même, à propos des associations caritatives venant au secours des migrants. Elles ont été accusées d’entretenir la misère, sinon de la créer, car elles en auraient « besoin pour exister ». Il n’y aurait en somme ici-bas que des pompiers pyromanes et des Docteur Knock.

Pour Marx, tout n’est que lutte des classes ; pour nos modernes médias, bientôt pour nous, tout n’est qu’arène d’individus égocentriques, menteurs sans scrupules. Dans ce monde, tout est également vrai et faux, c’est-à-dire faux tout court. Le bond a semble-t-il été franchi entre « la neutralité est un mythe, il y a toujours un biais observateur » et « il n’y a ni vérité ni réalité, rien qu’un supermarché de mensonges ».

Il n’existerait, dans cette vision, personne de sincère, ni surtout personne de soucieux du bien des autres. Et d’ailleurs, cela compromet réellement nos possibilités de le faire nous-mêmes, même si nous le voulons.

Car décider nécessite non seulement d’examiner les faits, mais aussi de croire à leur réalité. Pourquoi croire que tel pays est en guerre, qu’Untel y est en danger ? Pourquoi faut-il accorder foi aux cartes de répartition de la loutre, aux données sur l’écologie du pélodyte… ou sur le trafic aérien ? Si nous restons vissés au discours «  il n’y a pas de faits, il n’y a que des lobbys », il n’existe plus de réponse à aucune de ces questions. Et plus aucun choix n’est possible, sinon le ralliement au menteur (présumé) que l’on préfère.

Qui, dans les débats de ces dernières heures, s’est soucié de la réalité, de dire la vérité sur l’impact de ce projet sur la vie et le bien commun ? Pas grand-monde. Vous avez « trouvé le pélodyte ? Moi, je dis qu’il n’y en a pas, parce que dix décisions de justice n’en font pas mention. Donc, j’ai le droit de dire qu’il n’y en a pas. »

Mais ça, c’est faux. Le monde ne peut certes pas être décrit en entier de manière neutre, mais il existe. Le pélodyte est vraiment là – même si le juge l’a oublié. Ce cirque a trop duré.

Il faut une épaisse couche de désinformation et d’ignorance pour voir prospérer cette consternante lecture, où le fond n’importe plus, où la teneur des idées compte moins que l’étiquette apposée à leur auteur.

Au lieu de ça, enfilez vos bottes et sortez le soir. Vous verrez si le Pélodyte n’est pas vrai.

 

 

Le terroriste et le mercato

Et bien bonne année à tous, donc.

C’est la rentrée de ce blog après une petite pause.

Nous avons choisi de passer la semaine dite « entre les fêtes » quelque part dans un joli coin de France. Le repos s’imposait, celui du corps comme celui de l’esprit. Un petit gîte douillet, de beaux villages illuminés, et surtout, pas de programme (ou si peu).

Nous n’étions pas coupés du monde, il s’en faut. Juste privés de wifi – mais pas de smartphone. Contrairement à de tenaces rumeurs, l’homme peut très bien survivre plusieurs jours sans wifi, surtout s’il dispose de réserves appréciables de livres, de charcuterie alsacienne et de spaetzle.
Tout était bien et je suis revenu ayant jeté sur un brouillon le projet de pas moins de quatre notes de blog. Une véritable décantation.

Au retour, le sentiment d’être de nouveau jeté dans un maelstrom, une centrifugeuse. Saturé d’informations et de commentaires, pilonné d’éditoriaux, de dénonciations, de unes vengeresses et de slogans ravageurs, le cerveau crie grâce. Rien de clair ne sort d’un tel tourbillon.

Dans ce vacarme, je constate la prolifération, et pas que chez les twittos comme vous et moi, d’un déplaisant phénomène de rumeur boule de neige, lié à la non-vérification des informations à la source. C’est celui qu’un supporter de ce qui fut l’OL doté d’un peu de mémoire appelle « l’effet Fred Stoke City ».
Qu’est-ce donc ? En janvier 2009, l’OL semble encore, malgré les turbulences, voguer vers un huitième titre de champion de rang, son attaquant de pointe. C’est le mercato d’hiver, époque de rancoeurs, d’aigreurs et surtout de rumeurs. Or doncques, il advint qu’un contributeur du forum officiel de l’OL décida de s’amuser un peu en postant, un dimanche, une fausse interview du dénommé Fred, notre calamiteux numéro 9 d’alors (et celui de la Seleçao lors de la dernière Coupe du Monde ; pauvre Brésil !) dans laquelle l’individu s’épanchait et révélait avoir reçu une offre de Stoke City, club anglais de ventre mou du championnat. L’interview était censée émaner de la version papier d’un quotidien. Papier, donc pas de source web… Dimanche… Qu’arriva-t-il ? Un journaliste la reprit, sans vérifier. Puis un second correspondant en mal de copie recopia son collègue. Un troisième fit de même, encouragé sans doute de voir l’info « recoupée » par deux sources distinctes. In fine, la nouvelle fit le tour de l’Europe, et les traces en sont encore aisément visibles, par exemple ici sur le site britannique Skysports.

Résumons.
Une information tonitruante, mais inexacte (et même inventée, de A jusqu’à Z, par un forumeur facétieux).
Un journaliste la reprend sans vérification.
Un autre lui fait confiance et fait de même.
Et voilà, en deux coups de clavier, un fake transformé en information fiable puisque confirmée.
Tout le monde peut la reprendre, et plus elle est reprise, plus sa fiabilité semble s’accroître. Le démenti officiel le plus cinglant n’en viendra pas toujours à bout, surtout si la vérité est moins retentissante que la fiction.
On lui objectera « qu’il n’y a pas de fumée sans feu » ou bien que « même s’il n’a pas (été contacté par Stoke, commis un attentat, fini le dernier Mon Chéri)… il aurait très bien pu (commettre un attentat à Stoke à coups de Mon Chéri)… donc je relaie quand même, comme s’il avait ».

Ainsi de la fameuse ceinture d’explosifs de l’homme de Barbès. On se demande au passage quelle idée bizarre a pu le conduire à se doter d’un dispositif explosif factice : le seul et unique résultat qu’il pouvait en attendre était d’être abattu sur place, avant même d’avoir pu user de sa seule véritable arme. France Info tweete le port d’une ceinture d’explosifs, tout court. Cela va de soi, infos140 le relaie. Puis La Libre Belgique, qui inexplicablement ajoute à 12h48 que la présence d’explosifs est « confirmée par le Ministère de l’Intérieur ». Le cycle est enclenché, l’information se diffuse en masse : n’est-elle pas certifiée, confirmée, recoupée ?

Tweet de La Libre Belgique

Que nenni : plusieurs comptes officiels ont juste puisé, sans grande précaution, tous à la même source, que le temps a sans doute manqué pour vérifier… et nous voilà à la merci d’une rumeur en chaîne, génératrice de panique et difficile à arrêter.

Le démenti, il est vrai, s’est répandu vite – sans doute par soulagement. Pour une fois. En attendant, le buzz a dicté sa loi, une fois de plus ; le buzz, l’immédiateté, le choix de privilégier la réactivité, le suivisme (les concurrents l’ont fait, il faut bien suivre) à la fiabilité. Le sensationnel à la vérité.
Dans un contexte dont on répète à l’envi qu’il sent la guerre civile, ce n’est pas très prudent, tout ça.

La semaine dernière, me contentant d’un passage triquotidien sur un ou deux sites et sur Twitter, étais-je moins bien informé ? Que gagnons-nous à ce minute-par-minute morbide où l’émotion emporte tout ?
Pas grand-chose en vérité, sinon d’être bringuebalés comme un canot dans la tempête, étourdis, assommés, jetés de droite et de gauche, et ne voyant pas plus loin que le plat-bord.

Le ton, c’est bon ? Pas si sûr.

C’était une remarque, au détour d’une réunion-repas-on refait le monde jusqu’à minuit, à propos de certains sites, de certaines revues. Comment lit-on, comment écrit-on, aujourd’hui, dans le domaine, disons, de l’actu et de la politique au sens le plus large ? Souvent revient cette remarque « les idées sont intéressantes, mais le ton me gêne ».

En particulier, la généralisation du ton très engagé, très polémique, que l’on retrouve surtout, justement, sur les blogs, mais qui en déborde largement sur un nombre croissant de médias. Ce que j’appellerais le ton réseaux sociaux, le ton Twitter. Oh, Twitter, je ne le connais que depuis deux ans, et encore, dans certains réseaux, spécifiquement politiques et militants. Ce n’est pas forcément représentatif. Mais je constate à quel point, à force d’y baigner, il modèle et uniformise notre façon d’appréhender les divers sujets d’actualité ou de fond, et surtout notre manière de les traiter.

Au diable la démonstration solidement bâtie à tous les étages : c’est trop long ! Qui lit un article de blog long de quatre pages ? Le lecteur veut foncer. Il cherche les sous-titres, les extraits mis en exergue. A terme, c’est toute la profondeur de traitement qui souffre. Ce n’est pas très grave sur un blog, ce l’est davantage de la part de médias plus assis. Encore faut-il que nous, lecteurs, manifestions notre demande d’information fouillée, posée, mesurée.
Revenons du côté « auteur ». A force de ferrailler en cent quarante caractères, on a vite fait de chercher la formule qui tue, l’aphorisme qui porte l’estocade, le retour cinglant qui brise l’échange interminable et stérile. En tout cas, je l’avoue, je balance sans cesse entre l’argumentaire construit et le pamphlet polémique, l’éloquence à coups de sabre, pressée, tranchante, guerrière, sans réplique. Mais en règle générale, celle-ci ne séduit que les convaincus et nous enferme dans le piège numéro un des réseaux sociaux : croire que nous sommes entendus du monde entier, alors que nous ne touchons, à de rares exceptions près, que notre clan.

Confrontation de points de vue sur Twitter, allégorie (XIVe)

Confrontation de points de vue sur Twitter, allégorie. British Library, XIVe.

Ce n’est d’ailleurs pas qu’un problème de ton, mais aussi de références (ou de référentiel). A force de ne parler qu’entre nous sans nous en rendre compte, nous finissons par croire universellement partagées des références de plus en plus claniques. Dans le cas le plus anodin, c’est une blague typique de twittos qui va tomber à plat lors d’un repas familial (par exemple lâcher « #Gender ! » entre la poire et le fromage en oubliant qu’on est le seul de la tablée à savoir ce qu’est un hashtag). Au pire, c’est un article qui sera totalement incompris ou le message tout entier d’un courant, d’une association, qui ratera constamment sa cible, parce qu’il aura manqué, entre l’émetteur et sa cible désignée, le tout dernier maillon de la chaîne, le barreau supplémentaire qui permet d’attraper l’échelle.

De cet ordre, par exemple, est l’absurde marronnier de Noël relatif aux fraternisations dans les tranchées, ce « tabou de l’histoire de France ». Un tabou qui figure même dans certains historiques officiels de régiments, voire des journaux de marche ? Un tabou évoqué par la plupart des récits et carnets de soldats ? Un tabou, décrit pleine page et richement illustré jusque dans un documentaire junior que je feuilletais à l’âge de dix ans, une vingtaine d’années donc avant le célèbre (et bien naïf) film sur le sujet ? Non. Juste quelques personnes ignorant tout – mais vraiment tout – de l’histoire du premier conflit mondial et qui ont extrapolé leur inculture à tout le pays, forgeant le mythe d’un « tabou jusqu’au début des années 2000 ».
Il est vrai qu’un article se vend drôlement mieux avec le mot « tabou ». Il attire l’attention sur nous. Même fumeux, il nous grossit héros de la liberté, lanceurs d’alerte. Que d’informations non vérifiées, que de « scoops » qui ne révèlent en fin de compte que notre méconnaissance du sujet, et en fin de compte, que d’articles « choc » qui, là encore, le seront lus que par les convaincus.
Certes, il a de grandes chances d’être très lu, très partagé, très retweeté. Toujours par les mêmes.

Prenez ce blog-ci, par exemple. Il aura bientôt deux ans et pourtant ses statistiques plafonnent dans l’insignifiant : dix à vingt visites par jour. Trente à cent (vraiment au mieux) les jours de publications. Et bien souvent les mêmes lecteurs. Au-delà de ces fidèles, pas grand-chose. Alors qu’il s’agit, bien entendu, du blog le plus extraordinaire de toute la cathosphère, n’est-ce pas ? (fuite éperdue sous un barrage de tomates du Maroc du premier janvier, pas mûres et très dures)

Mais du point de vue de la cause que nous cherchons à promouvoir parce qu’elle nous paraît bonne pour tous, l’article bien senti, acéré comme une lame, et bien… il ne servira à rien. Tout au plus à dresser notre clan contre les autres, à durcir les clivages dans un pays qui hurle déjà sa douleur d’être divisé, déchiré, éparpillé façon puzzle.
Mais à initier un échange, un dialogue, une rencontre ? A convaincre, à convertir, à faire changer d’avis ? C’est presque impossible.

D’ailleurs, revenons un peu sur notre propre parcours dans ces Quelquechose-Sphères… Combien de fois (et plus que jamais je m’inclus dedans) avons-nous changé d’avis, revu notre position, évolué dans nos convictions à la lecture d’un article venu du « clan d’en face » ? Dans combien de cas nous sommes-nous convertis ?
Cela existe. Il serait d’une idiotie péremptoire de prétendre le contraire. Mais c’est bien rare.

Sur nos réseaux, l’autre est l’ennemi. Me mettant à suivre un compte twitter du registre « écologie, cause animale, vegan » je m’entendis immédiatement répondre « Tiens, je me retrouve follow par un mâle blanc suprémaciste éleveur de portée humaine, la seule autorisée à pulluler » (sic). Ma foi… L’autre est l’ennemi et la différence – hormis superficielle – terrorise : on la voit ferment de guerre. « Parler à quelqu’un, c’est normaliser, légitimer, approuver ses idées alors qu’elles nous répugnent » – et voilà comment la confrontation des idées, socle fondamental de tout progrès, de toute démocratie, devient, au nom même de la démocratie, une monstruosité à combattre.

Que pouvons-nous y faire ? Peut-être descendre de son piédestal le sacro-saint coup de gueule, délaisser la polémique pour la discussion, la mobilisation pour la rencontre. Entre la « pensée unique » et la fourmilière de tribus en guerre, fières de « ne pas discuter avec » ceux-ci ou ceux-là, il y a place pour une troisième voie, c’est même la plus répandue, celle que nous n’aurions jamais dû quitter. Le bâton de pèlerin plutôt que le sabre d’abordage. En ce temps de Noël, ce serait une bonne idée, non ?

L’année 2014 des oiseaux communs en vingt-sept unes

Vous avez sans doute vu passer cet automne une série d’articles alarmants : le continent européen a subi ces dernières décennies une chute vertigineuse de sa biodiversité, et, ce qui est plus inquiétant, de sa biodiversité « ordinaire ». C’est le signe que nos écosystèmes sont globalement menacés d’effondrement (et ça, c’est vrai et ce n’est pas drôle). L’affaire a suscité, entre autres, ce communiqué de la LPO Rhône-Alpes

Mais peut-être avez-vous raté ces unes de presse-ci ?
Quelque chose me dit que c’est le cas…
Et n’hésitez pas à consulter les fiches espèces du Muséum national d’Histoire naturelle si quelque nom de volatile vous laisse perplexe !

« Alerte enlèvement : 400 millions d’oiseaux ont disparu du continent européen » (BFM TV)

« Banalisation des écosystèmes : le grand remplacement. » (Valeurs actuelles)

« Pinsondesarbrisation de la biodiversité, les oiseaux patriotes disent non » (Minute)

« Demain, une taxe sur le Goéland argenté et le Moineau friquet ? » (Le Figaro)

« Expulsée, affamée, empoisonnée : l’enfer de la Pie-grièche écorcheur » (Le nouveau Détective)

« S’installer aujourd’hui : la galère des jeunes bruants » (La France agricole)

« Quand le faucon cède devant le vrai con » (Charlie Hebdo)

« Pénurie de spécialistes : quel avenir pour les milieux agricoles ? » (Prescrire)

« Le Roitelet à triple bandeau, une icône mode so seventies » (Elle)

« Face à la modernité : les oiseaux des champs, enquête chez les réacs à plumes » (Le Nouvel Observateur)

« Oiseaux des bois : Sapin croit au retour de la croissance » (L’Expansion)

« Ils accaparent les mangeoires : l’arrogance des riches verdiers » (Marianne)

« Quand la mare aux canards se dépeuple » (Le Canard enchaîné)

« Fauvettes sans toit : La préfecture du Rhône fait appel au diocèse de Lyon pour planter davantage de haies champêtres » (Le Progrès)

« Les connexions écologiques des francs-maçons » (L’Express)

« 50 modèles de mangeoires design » (Tout pour la maison)

« Roselières : pourquoi la crise du logement va durer » (Les Echos)

« Pour le Pic vert, le derby ne fait pas tout » (L’Equipe)

« Relégué chez les espèces rares, le Tarier des prés veut rebondir » (Onze Mondial)

« Dossier biotechnologies : demain, l’Alouette augmentée pour sauver la biodiversité ? » (01.net)

« Ecosystèmes : le Merle noir vise-t-il toutes les niches vacantes ? » (Challenges)

« L’ortolan, la saveur incomparable d’une espèce (presque) disparue » (Cuisine actuelle)

« Cavernicoles, semi-ouverts, bois, béton de bois : tous nos tests nichoirs » (60 millions de consommateurs)

« Pour la Sittelle torchepot, quand le bâtiment va, tout va » (Le Moniteur)

« Y a-t-il eu censure ? Pourquoi la Pie bavarde nous prend pour des pigeons » (Rue89)

« Centres de soins pour oiseaux sauvages : notre palmarès 2014 » (Le Point)

« Et la colombe disparut… » (La Croix)