C’est l’été: petite FAQ Nature sauvage (v2019)

Oui, je sais. L’actualité, ce n’est pas ça. L’actualité, c’est les gilets jaunes, les migrants, la GPA, et beaucoup d’autres choses encore. Et le climat. Mais aussi, c’est vrai, parfois, la perte de biodiversité.

C’est l’été. C’est une saison où on est souvent dehors, où on rencontre la Nature plus souvent. Et tout aussi fréquemment, on observe un phénomène curieux… et on appelle le naturaliste du coin pour en savoir plus ! Alors, voici quelques-unes de ces questions classiques : cela vous aidera peut-être à l’occasion, et sinon, n’hésitez pas à poster un commentaire, ou à contacter l’association la plus proche de vous !

« J’ai trouvé un oisillon tombé du nid. Que faire ? »

Cas le plus simple et le plus courant : c’est un passereau, et un jeune déjà passablement emplumé, proche de l’envol. Prenez-le avec précaution (ne jamais appuyer sur la poitrine) et déposez-le sur un point haut : muret, sommet de haie, etc. (gare aux chats !) Il y sera nourri par les parents. Les oiseaux n’ayant quasiment pas d’odorat, ne craignez pas de « laisser votre odeur ». Même chose pour une jeune Chouette. S’il s’agit d’un oiseau plus grand, comme un jeune Rapace diurne, il faudra l’apporter en centre de soins dans un carton fermé, percé de trous d’aération. Gare aux serres en le capturant ! Vous trouverez plus de détails, selon les cas (oisillon nu, emplumé, rapace, martinet…) ici chez les collègues auvergnats.

« Depuis une dizaine de jours les oiseaux ont disparu. »

A partir de fin juin, les petits oiseaux des jardins deviennent invisibles et inaudibles. Enfin presque. Les dernières nichées étant sorties du nid, il n’y a plus de territoire à défendre. Les migrateurs qui vont repartir dans quelques semaines n’ont plus d’énergie à dépenser dans le chant. Les rossignols, coucous, fauvettes grisettes… se taisent rapidement à partir de fin juin. Seuls quelques sédentaires comme le rougegorge ou les grives vont animer les frondaisons. Avec les chaleurs, ces derniers chanteurs bornent souvent leur activité aux abords de l’aube. Seule la Fauvette à tête noire garde le rythme aux heures brûlantes. Pour le reste, on n’entend plus que les cris de contact des petits groupes familiaux, qui sont souvent ténus et étouffés par le feuillage, très dense à cette saison. De plus, au cœur de l’été, les oiseaux vont muer – renouveler progressivement leur plumage. Pendant cette opération délicate, coûteuse en énergie, et qui obère quelque peu leurs capacités de vol, les petits passereaux restent prudemment à l’abri des hautes branches.

« J’ai vu un colibri ».

Ah, le grand classique du colibri du mois de juillet ! Il n’y a pas de colibris en France, même échappés de captivité. Enfin, on ne sait jamais ce que l’homme a pu flanquer dans une volière, mais à 99,99%, ce « colibri » est en réalité un papillon et plus précisément un Moro-Sphinx. Regardez mieux, vous verrez ses antennes. Pour tout savoir à son sujet, procurez-vous le numéro 86 de « La Hulotte » !
Un petit mot sur les colibris tout de même : s’il n’y en a pas chez nous, ce n’est nullement en raison du froid. La famille des Colibris est exclusivement américaine, mais pas tropicale : certaines espèces habitent le sud de l’Alaska ou au contraire la Terre de feu. Le Colibri roux, le plus nordique de tous, est même capable d’une forme de torpeur (hibernation de courte durée) pour économiser l’énergie.

Moro-sphinx

Moro-sphinx

« Chez nous, depuis qu’il y a des pies et des corneilles, il n’y a plus d’autres oiseaux. »

Inutile de nier : la Pie bavarde et la Corneille noire ont connu une phase d’expansion dans les milieux urbains et péri-urbains. Toutefois… Cette phase d’expansion est manifestement terminée et la tendance est à la stabilité ; d’autre part, dans le cas de la Pie, cette installation en ville n’a pas empêché l’espèce de connaître un fort déclin depuis 25 ans, car elle tend à disparaître de nos campagnes: -60% entre 1989 et les années 2000 ! Depuis, toutefois, elle regagne lentement du terrain, surtout en ville.
A-t-elle pour autant « pris la place » des mésanges de votre jardin ? Oui, les corvidés sont des prédateurs de nichées, notamment lorsqu’ils ont les leurs à nourrir. Ce phénomène a toujours existé, sans jamais faire disparaître les mésanges. Si les Pies et les Corneilles « prolifèrent » en ville, c’est qu’elles ont appris à fouiller nos poubelles, où se trouvent des « proies » qui courent beaucoup moins vite qu’une mésange ou un criquet ! Les Corneilles aux ailes marbrées de blanc, suite à un manque de mélanine, révèlent ainsi un régime alimentaire à base de pain, trop pauvre en protéines… Les études menées sur le sujet ont conclu à un rôle tout à fait anecdotique de la prédation des corvidés sur les oiseaux des jardins. En revanche, ceux-ci ont des ennemis beaucoup plus redoutables : les pesticides employés en jardinage, ultra-concentrés ; la disparition des friches, la tonte ou l’éradication du moindre brin d’herbe sauvage, la disparition des arbres creux, des trous de murs, des buissons où ces oiseaux trouvaient le gîte ou le couvert ; le bétonnage intensif de vastes banlieues qui coupent les connexions écologiques avec les campagnes… des campagnes où, pour des raisons voisines, les oiseaux disparaissent aussi, bien qu’il n’y ait plus guère de pies !
Résultat : les uns disparaissent, les autres se maintiennent car adaptés à la survie dans un univers de béton et de goudron, pourvu qu’on y trouve du gras de jambon dans les poubelles, donnant l’illusion d’un « remplacement » des uns par les autres… Et la façon dont nous modelons les milieux est seule responsable de ce « grand remplacement ».

« Mon voisin veut que je détruise les nids d’hirondelles chez moi à cause des saletés ».

C’est simple : il n’a pas le droit.
Ni vous. Ni lui, de les détruire chez lui. Ce sont des espèces protégées, et de surcroît, menacées : vous n’en êtes pas propriétaire ni responsable, même si leur installation est consécutive à une pose de nichoir de votre part ; vous n’avez pas plus le droit de les détruire que d’assommer vos invités pour les détrousser, sous prétexte que vous êtes chez vous. Félicitez-vous de votre chance d’accueillir encore ces espèces désormais rares et laissez-le dire.
Ah ! et si vous êtes vous-même gêné par les fientes sur le mur, c’est simple : disposez une planchette sur le mur, une vingtaine de centimètres en contrebas des nids.

« Il y a des crapauds qui font du bruit à côté de chez moi ».

Si ce que vous entendez ressemble à des coassements rageurs et répétés, il s’agit très probablement de Grenouilles « type verte/rieuse » (ces espèces se sont à ce point hybridées et sont si difficiles à identifier, sauf à les tenir en main, qu’on doit en rester là). Cependant, si vous habitez au sud de Lyon, il peut aussi s’agir de rainettes.
Les crapauds, les vrais, ont souvent des chants beaucoup plus discrets, et plus jolis aussi. La palme revient sans conteste à l’Alyte accoucheur, dont la note d’ocarina forme, par les belles nuits chaudes, de véritables concerts champêtres. Cliquez ici: vous trouverez un petit guide sonore bien utile.
Quant au bruit… et bien, n’est-ce pas toujours mieux que le vacarme d’une route ? Et si vous avez la chance d’entendre une espèce pas trop commune, c’est-à-dire hélas toutes à part la Grenouille verte, profitez du bonheur de savourer un spectacle en alarmante raréfaction… et transmettez la donnée à votre site Visionature préféré !

« Est-ce qu’il faut nourrir les oiseaux en été ? Et leur donner de l’eau ? »

Les avis divergent mais le consensus, globalement, n’est pas en faveur du nourrissage estival ou printanier. À cette saison, les oiseaux des jardins, même granivores comme le chardonneret ou le verdier, ont besoin d’insectes pour nourrir les jeunes, dont la croissance requiert des protéines. Vous seriez bien en peine de les leur fournir. Bornez le nourrissage à la saison froide pour laquelle vous adopterez des mangeoires-plateaux, dotées de toits ne permettant pas l’accès aux pigeons, des dispositifs suspendus, des « distributeurs de graines » à trémie tels que le mythique distributeur de tournesol « La Hulotte ». En été, en revanche, il est bon de prévoir de l’eau. Proposez aux oiseaux des coupelles renouvelées tous les jours (ne serait-ce qu’à cause des moustiques); l’idéal est que l’une d’elles soit suffisamment large pour permettre aux oiseaux de s’y baigner. Placez-la alors au centre d’un espace dégagé pour éviter qu’un chat ne profite de l’aubaine.

« On peut faire quelque chose pour les hérissons ? »

Bien sûr. D’autant plus que l’espèce se porte très mal. La première chose est de trouver des alternatives à l’anti-limaces qui leur est fatal. Pensez aussi à éliminer du jardin tous les déchets et objets qui pourraient blesser l’animal, notamment les bouts de tuyau de plus de 2 cm de diamètre (un jeune peut s’y coincer ou s’étouffer). Gare aux bassins, piscines et autres points d’eau aux bords abrupts: s’il n’est pas possible de modeler une berge en pente douce, prévoyez une planchette inclinée ou du grillage qui permettra à l’animal tombé à l’eau de ressortir. Assurez-vous que vos clôtures laissent libres des passages de la largeur d’une main au ras du sol: la petite faune doit impérativement pouvoir circuler.
Enfin, en période de canicule, les hérissons ont soif… et faim! Mettez-leur des coupelles d’eau propre à disposition. Pour les nourrir, choisissez de la pâtée pour chien au poulet que vous placerez dans une gamelle sur laquelle vous poserez un couvercle. Seul le Hérisson pourra y accéder en le repoussant avec son museau pointu. Ce nourrissage est très indiqué par temps chaud et sec (les vers de terre s’enfouissent) et en automne, quand le Hérisson doit accumuler des réserves avant l’hibernation.

« Il y a un serpent dans mon jardin ! »

Mais c’est très bien !… Bien sûr, il vaut mieux éviter que les enfants croisent une vipère au jardin. Seulement… c’est très improbable ! D’abord, parce que ces animaux farouches et peureux se tiennent à distance de nos gesticulations. Ensuite, parce que les vipères, victimes de destructions directes, de perte d’habitat et de disparition de leurs proies (sinistre triptyque de la biodiversité en péril), sont devenus des animaux très rares… Il est donc fort probable que votre voisin longiligne soit en réalité une Couleuvre, et même en général une Couleuvre verte et jaune.
Que faire alors ? Cohabiter, bien sûr ! Avant tout : tous les Reptiles sont protégés, vipères y compris. Leur présence est signe d’une bonne qualité de l’écosystème : c’est flatteur pour votre jardin ! Les Reptiles éliminent bon nombre de ravageurs des cultures, sans demander plus en échange qu’un peu de tranquillité. Au besoin (animal entré dans un bâtiment), contactez SOS Serpents.

« J’ai vu des nids d’hirondelles, l’autre jour… mais à qui est-ce que je dois le dire ? »

(Là, si vous suivez ce blog, vous devez commencer à connaître la réponse !) Il suffit de vous inscrire sur le site Visionature de votre région ou département, ou du lieu où vous avez effectué l’observation (si c’est en vacances par exemple). Son adresse est en général http://www.faune-[VotreRégionOuVotreDépartement].org
Il existe encore quelques régions où les associations n’ont pas adopté le système Visionature, ce qui rend la procédure un peu plus difficile. Dans ce cas, allez directement sur le portail national faune-france.org Il est synchronisé avec tous les sites Faune-XXX.org locaux mais couvre aussi les régions qui n’en ont pas. Vous pouvez aussi télécharger l’application NaturaList sur votre smartphone (Android uniquement). C’est une application de saisie des données qui alimente Faune-France. Mais elle vous permet aussi de consulter les observations récentes faites par les autres naturalistes autour de vous.

S’inscrire sur un site Visionature n’est pas plus difficile que sur n’importe quel site ou forum. Un petit mode d’emploi est toujours disponible dans les menus de la partie gauche. Chaque site est géré localement, ce qui explique de petites variantes dans les menus, mais la procédure ne change jamais, et – c’est important – votre login/mot de passe, une fois créé sur un site, sera valable sur tous. En fonction du nombre de données que vous transmettrez, vous aurez accès à davantage de fonctionnalités en termes de consultation des données saisies par d’autres. Mais vous aurez toujours accès à des listes d’espèces par commune, des cartes, et bien d’autres informations. Vous pourrez aussi agrémenter vos données de photos (pratique pour les vérificateurs si vous avez un doute sur l’identification), re-télécharger vos données sous format Excel… une base participative, quoi !
N’oubliez pas : toute donnée est intéressante et là plus encore qu’ailleurs, le doute ou l’erreur font progresser…

« Et sur quoi vous vous basez pour dire qu’il y a plus ou moins de telle espèce ?

Et bien… on les compte. Tous. Partout, autant que possible… Pour en savoir plus notamment sur les oiseaux communs, visitez le site du Muséum d’histoire naturelle qui vous explique comment on évalue la santé de leurs populations… et vous donne tous les résultats.

D’autres questions ? Les commentaires sont ouverts… et surtout, les collègues des nombreuses associations de protection de la Nature, LPO, GON, GONm, AOMSL, et tous les autres… vous attendent !

Bel été à tous, en pleine Nature je l’espère.

Publicités

Église verte: label et la petite bête 

Nous n’avons malheureusement pas pu nous rendre à Paris pour le lancement du label Église verte ce samedi 16 septembre. De sorte que c’est par écrit et sur la base de la seule consultation du site Internet que je vais me risquer à proposer un premier avis.

Rappelons donc brièvement qu’Église verte est un label porté de manière œcuménique, c’est-à-dire unissant catholiques, réformés et orthodoxes, pour guider les communautés chrétiennes de France vers davantage de respect de la Création. La démarche consiste à partir d’un diagnostic simple à réaliser, un questionnaire, que nous allons examiner, lequel, une fois rempli, est adressé à Église verte qui décerne en retour le label auquel a droit la communauté, pour l’année en cours. Ce label comporte quatre niveaux symbolisés par un végétal biblique – lis des champs, cep de vigne, figuier, cèdre du Liban – et doit être renouvelé chaque année. La communauté est ainsi appelée, sur la base du diagnostic et de ses sensibilités et charismes, à progresser d’année en année.

Sur le principe, deux questions viennent rapidement à l’esprit :

  • est-ce aux communautés paroissiales de se lancer dans ce genre de démarche qu’on aura vite taxée de lubie de bobos des villes ?
  • n’y a-t-il pas un risque de voir les communautés sombrer dans une compétition de mauvais goût, à qui marquera le plus d’éco-points ?

À la première question la réponse est évidemment oui, avant tout pour des raisons spirituelles que nos frères orthodoxes n’ont pas oubliées comme nous, catholiques, et qui sont largement développées dans l’encyclique Laudato Si’ : le sujet concerne éminemment notre vie spirituelle et de prière. Mais la pertinence est également technique : les communautés paroissiales doivent agir en tant que telles, parce qu’elles ont la possibilité de mener à bien des actions écologiques dont l’impact est réel, et non seulement symbolique ou purement éducatif ; et qu’il n’est pas permis de se dérober à l’appel du Christ. « L’écologie intégrale, ce n’est pas que cela », direz-vous ? Certes, mais en matière d’accueil du pauvre, de l’étranger, de la famille, des personnes en difficulté, ce n’est pas d’un label ni de fiches techniques que nos communautés ont besoin. Ces domaines sont depuis longtemps une partition qui leur est familière. En matière d’écologie au sens plus classique, de souci concret de la Création – et donc d’écologie de l’homme à travers la protection de ce qui le fait vivre ! – en revanche, si la bonne volonté ne manque pas, le savoir-faire technique ne va pas de soi. Le dossier n’est pas familier des communautés paroissiales. Or c’est un terrain où nous sommes, aujourd’hui, à cause de l’état de crise, appelés à répondre au Christ et servir nos frères. Encore faut-il, pour travailler à cette vigne-là, savoir s’y prendre. Voilà pourquoi il était nécessaire de proposer une boîte à outils. Enfin, l’appel à agir de manière communautaire nous rappelle que la crise est profonde et ne peut être résolue par la simple addition de « petits gestes » individuels : il est des actions qui dépassent les moyens de l’individu et ne peuvent s’entreprendre que de manière collective.

Quant au risque de voir des paroisses se lancer dans une compétition au plus vert, on ne peut l’exclure, mais franchement cela m’étonnerait. Les paroisses n’ont pas attendu Église verte pour disposer d’éléments sur lesquels elles pourraient être tentées de palabrer comme les disciples pour savoir qui est le plus grand (Mc 9, 34). Elles ne le font pas. Peut-être, allez savoir, parce qu’elles n’ont pas oublié ce texte ?

Passons aux choses sérieuses.

Le site internet egliseverte.org est bien joli. Sobre, esthétique, fonctionnel. En outre, la version complète, avec les documents à télécharger, est apparue en ligne dès le samedi soir du lancement public et officiel du label, et c’était une fort bonne nouvelle pour nous qui étions chargés d’en parler à la journée paroissiale du lendemain, ouf ! Un point très intéressant : le label n’est accessible (stade « graine de sénevé ») qu’à condition de remplir des préalables, dont l’une est d’avoir constitué un groupe, ne fût-il fort que de deux ou trois personnes, et d’avoir l’accord des responsables de sa communauté paroissiale. Pas question de jouer au franc-tireur lançant son truc dans son coin : c’est une action d’Église, une action de communauté et on ne transige pas. Il est aussi demandé d’avoir déjà initié une action, même aussi simple qu’une soirée de prière, et naturellement d’avoir accès aux supports de comm de la paroisse – un prérequis qui sert plutôt à s’assurer qu’on aura les moyens d’agir vraiment.

Après quoi, on peut remplir le diagnostic. Celui-ci joue un double rôle : permettre à la communauté de se situer, bien sûr, mais aussi lui lister tous les champs d’action possibles d’une conversion écologique, y compris ceux auxquels le groupe n’avait pas pensé !

Examinons maintenant ce diagnostic.

Il se divise en cinq thèmes sur lesquels des cases à cocher servent à marquer des points : Célébrations et catéchèse, Bâtiments, Terrain, Engagement communautaire et global, Style de vie.

L’on commence par aborder la question sous l’angle spirituel, histoire de rappeler que l’écologie en paroisse n’a rien d’une concession à l’air du temps : c’est une démarche fondée sur la Parole de Dieu et la tradition chrétienne, sauf que, vu l’urgence, c’est un lieu où les chrétiens sont particulièrement appelés à servir leurs frères ici-maintenant. Les questions concernent la régularité avec laquelle la paroisse prie pour la Création, à travers une célébration spécifique, la célébration de la liturgie (chants, homélie…) et aborde le sujet dans la catéchèse.

Vient ensuite la question des bâtiments, car il est temps de passer à l’action : les économies d’énergie, notamment de chauffage, sont pour une communauté paroissiale à la fois l’un des principaux domaines d’action possibles, et celui qui a le plus de chances de mobiliser car au moins à long terme, il sera bénéfique pour les finances paroissiales … De nombreux points d’alerte sont mentionnés : fenêtres, éclairage, chaudière, gestion de l’eau …. sous forme de questions très précises : les fenêtres de telle salle sont-elles équipées de doubles vitrages ? Les chasses d’eau sont-elles à deux niveaux ? Cette résolution des grands thèmes en actions « élémentaires » très simples et très concrètes sont le grand point fort du diagnostic. Non seulement chaque petit pas déjà fait permet de « scorer » selon le barème du label, mais – et c’est le principal – cette liste précise et détaillée propose autant de gestes dont il sera simple d’évaluer la faisabilité, le coût, l’économie à espérer, le travail nécessaire. La communauté qui s’engage peut aisément se définir, sur cette base, un programme concret et accessible : elle n’est pas larguée face à un objectif nébuleux du genre « améliorer l’empreinte carbone des locaux ».

Toutefois la simple performance énergétique n’est pas le seul domaine abordé : il est question de l’origine de cette énergie (renouvelable ou non), de l’eau, du papier…

Le volet suivant du diagnostic concerne le terrain dont dispose éventuellement la paroisse. Il concerne principalement les usages d’icelui – potager, jardin partagé, espace de contemplation. C’est là qu’on trouve une entrée biodiversité, mais un peu vague pour un diagnostic : « ce terrain est-il géré de manière à favoriser la biodiversité ? » Autant dire que la communauté qui ne sait pas comment s’y prendre ne trouvera pas ici beaucoup de grain à moudre.

Il nous reste encore deux volets du diagnostic ! Le chapitre « Engagement communautaire et global » a trait aux gestes concrets menés en communauté qui ne relèvent pas des sujets précédents : c’est la rencontre avec des écologistes extérieurs à la paroisse, l’usage de produits locaux, bio, durables… dans la vie de la paroisse, l’organisation de covoiturages, d’événements autour de l’écologie… Sous des airs un peu fourre-tout ce chapitre est très complet et bourré d’idées simples et utiles.

Il en va de même du volet « Style de vie » qui, pour les thèmes abordés, aurait pu ne faire qu’un avec le précédent (mais cela aurait formé une indigeste somme de trente-sept questions à la file). Rien n’est oublié, ni le soutien aux actions « au bout du monde », ni le choix d’une banque éthique. De l’écologie intégrale en somme.

Vraiment intégrale ?

Biodiversité, la grande oubliée… encore.

Et bien pas tout à fait. L’outil présente, il faut bien le dire, une lacune véritable : on trouve fort peu de chose, et carrément rien au chapitre « bâtiments », pour ce qui relève de l’écologie par excellence : le souci de préserver la biodiversité.

C’est bien dommage.

Tout d’abord pour de simples raisons légales. Les jardins, mais surtout les bâtiments ecclésiaux, souvent anciens, abritent couramment des locataires imprévus appartenant à des espèces protégées par la loi. Mentionnons particulièrement les chauves-souris, gravement menacées en France (avec un déclin de 50% entre 2006 et 2014 !) et qui bien souvent habitent les combles, les avant-toits et d’autres espaces plus inattendus encore, à l’insu de tous ! Même chose concernant les oiseaux, Martinets, Rougequeues, Hirondelles, Chouette effraie, sans oublier les moineaux qui sont désormais menacés, et j’en passe, ont absolument besoin de nos vieux murs pour se reproduire. Une rénovation à but énergétique conduite sans prêter attention à ces animaux ne constituerait pas seulement une atteinte sérieuse à la Création, ce serait aussi un délit de destruction d’espèce protégée : il est donc indispensable que les paroisses en soient informées.

De manière plus positive, il existe des actions simples pour prendre soin de la biodiversité à l’échelle de nos paroisses. Faire de l’éventuel terrain paroissial et du bâti un espace accueillant pour la biodiversité est, avec la thermique des bâtiments, l’un des domaines sur lesquels une communauté paroissiale peut agir avec le plus de pertinence. Chaque espace bien géré, même petit, est non seulement un refuge, mais aussi un élément de « trame verte » : plus de tels espaces sont nombreux, plus les espèces peuvent circuler de l’un à l’autre, depuis ou vers les cœurs de biodiversité plus lointain, échanger des gènes et finalement, survivre ! Au cœur du bourg ou en pleine ville dense, chaque petite oasis accueillante pour la Création compte, à l’heure où des oiseaux des jardins comme le verdier ou le chardonneret entrent sur la liste des espèces menacées de France. Chaque église, chaque cure habitée par la rare Chouette effraie ou une belle colonie de Chauves-souris, ce n’est pas qu’un symbole, c’est une vraie victoire sur la crise d’extinction de la biodiversité en cours. De plus, de telles actions sont simples, peu coûteuses, faciles à mener en partenariat avec les associations naturalistes (LPO, CORIF, FRAPNA, FRANE et tant d’autres…) et source de contemplation et d’émerveillement !

Proposons donc quelques entrées supplémentaires possibles pour que « la grande oubliée » intègre le diagnostic :

 Dans les bâtiments :

  • la présence éventuelle d’espèces protégées (oiseaux, chauves-souris) dans les bâtiments a-t-elle été vérifiée par des naturalistes ? (les chauves-souris sont rarement repérables par des non-spécialistes !)
  • les responsables de l’entretien et de la gestion des bâtiments sont-ils informés du statut de protection légale de ces espèces ?
  • un diagnostic sur le sujet a-t-il été réalisé avec l’aide d’une association de protection de la biodiversité ?
  • a-t-on déjà posé des nichoirs pour les espèces nichant dans les bâtiments (donc pas dans les arbres !) : rapaces diurnes ou nocturnes, hirondelles, martinets, rougequeues, moineaux ? Des gîtes à chauves-souris ?

La prise en compte de la biodiversité dans le bâti est une pratique désormais bien maîtrisée par les associations de protection de la nature, dont l’une a publié un remarquable guide composé de 18 fiches techniques. Ces associations travaillent avec des architectes, des promoteurs, et parfois, déjà, des paroisses !

IMGP0029

Nichoirs à Hirondelles (Caluire-et-Cuire, Rhône)

En extérieur :

  • quelle est la surface de ce terrain ? Est-elle suffisante pour la subdiviser en espaces à vocations différentes ? (quelques m² peuvent suffire pour chacune !)
  • trouve-t-on des arbres, notamment de vieux arbres creux ?
  • trouve-t-on des haies, même en périphérie ? D’essences indigènes ou de lauriers, thuyas ?
  • réserve-t-on des bandes ou des espaces tondus seulement une à deux fois par an pour laisser se dérouler le cycle vital des plantes et des insectes ?
  • enfin et surtout, et ce n’est même pas qu’une affaire de biodiversité : l’espace est-il entretenu avec des engrais, des pesticides chimiques, ou uniquement des produits bio/sans produits ? Utilise-t-on des granulés anti-limaces (mortels pour les hérissons) ?

Syrphe tête de mort

Un syrphe – une mouche déguisée en abeille, pollinisateur des jardins bio

À l’image du questionnaire très détaillé sur les bâtiments, la présence de nichoirs, de mangeoires, d’hôtels à insectes, peut faire l’objet d’une entrée pour chaque type d’équipement. Ce serait une manière d’inciter à installer l’un, puis l’autre… et pourquoi pas sous forme d’une activité en communauté, lors d’une journée paroissiale thématique avec le groupe scout !

On espère les voir intégrer rapidement le diagnostic et les fiches actions.

Pour conclure et malgré ce sujet délaissé, l’outil s’annonce extrêmement prometteur, concret, opérationnel, avec de nombreuses propositions réellement destinées à imprégner de souci de la Création la vie de la communauté.

La longue liste de points d’attention ne manquera pas d’agir comme un vaste choix de portes d’entrée en fonction des sensibilités et compétences des paroissiens. Elle souligne également que chaque petit succès compte.

Reste, maintenant, la question de l’après diagnostic : quel accompagnement pourra être proposé aux communautés qui s’engagent ? Quelle documentation ? D’un côté, les référents paroissiaux apprécieront sans doute de tout trouver au même endroit ; de l’autre, il serait dommage et de peu de fruit de réinventer ce qui existe déjà. Gageons que la rubrique liens du site Églises vertes va rapidement s’enrichir de ressources (comme le guide Biodiversité et bâti déjà cité), de contacts de partenaires associatifs possibles, de sites de référence… afin que l’écologie dans nos Églises ne consiste pas à réinventer la poudre dans notre coin mais à entrer en relation avec ceux qui vivent déjà l’écologie au quotidien et possèdent le savoir-faire et le retour d’expérience dont nous aurons besoin. Ils ne demandent qu’à partager !

 

L’année 2014 des oiseaux communs en vingt-sept unes

Vous avez sans doute vu passer cet automne une série d’articles alarmants : le continent européen a subi ces dernières décennies une chute vertigineuse de sa biodiversité, et, ce qui est plus inquiétant, de sa biodiversité « ordinaire ». C’est le signe que nos écosystèmes sont globalement menacés d’effondrement (et ça, c’est vrai et ce n’est pas drôle). L’affaire a suscité, entre autres, ce communiqué de la LPO Rhône-Alpes

Mais peut-être avez-vous raté ces unes de presse-ci ?
Quelque chose me dit que c’est le cas…
Et n’hésitez pas à consulter les fiches espèces du Muséum national d’Histoire naturelle si quelque nom de volatile vous laisse perplexe !

« Alerte enlèvement : 400 millions d’oiseaux ont disparu du continent européen » (BFM TV)

« Banalisation des écosystèmes : le grand remplacement. » (Valeurs actuelles)

« Pinsondesarbrisation de la biodiversité, les oiseaux patriotes disent non » (Minute)

« Demain, une taxe sur le Goéland argenté et le Moineau friquet ? » (Le Figaro)

« Expulsée, affamée, empoisonnée : l’enfer de la Pie-grièche écorcheur » (Le nouveau Détective)

« S’installer aujourd’hui : la galère des jeunes bruants » (La France agricole)

« Quand le faucon cède devant le vrai con » (Charlie Hebdo)

« Pénurie de spécialistes : quel avenir pour les milieux agricoles ? » (Prescrire)

« Le Roitelet à triple bandeau, une icône mode so seventies » (Elle)

« Face à la modernité : les oiseaux des champs, enquête chez les réacs à plumes » (Le Nouvel Observateur)

« Oiseaux des bois : Sapin croit au retour de la croissance » (L’Expansion)

« Ils accaparent les mangeoires : l’arrogance des riches verdiers » (Marianne)

« Quand la mare aux canards se dépeuple » (Le Canard enchaîné)

« Fauvettes sans toit : La préfecture du Rhône fait appel au diocèse de Lyon pour planter davantage de haies champêtres » (Le Progrès)

« Les connexions écologiques des francs-maçons » (L’Express)

« 50 modèles de mangeoires design » (Tout pour la maison)

« Roselières : pourquoi la crise du logement va durer » (Les Echos)

« Pour le Pic vert, le derby ne fait pas tout » (L’Equipe)

« Relégué chez les espèces rares, le Tarier des prés veut rebondir » (Onze Mondial)

« Dossier biotechnologies : demain, l’Alouette augmentée pour sauver la biodiversité ? » (01.net)

« Ecosystèmes : le Merle noir vise-t-il toutes les niches vacantes ? » (Challenges)

« L’ortolan, la saveur incomparable d’une espèce (presque) disparue » (Cuisine actuelle)

« Cavernicoles, semi-ouverts, bois, béton de bois : tous nos tests nichoirs » (60 millions de consommateurs)

« Pour la Sittelle torchepot, quand le bâtiment va, tout va » (Le Moniteur)

« Y a-t-il eu censure ? Pourquoi la Pie bavarde nous prend pour des pigeons » (Rue89)

« Centres de soins pour oiseaux sauvages : notre palmarès 2014 » (Le Point)

« Et la colombe disparut… » (La Croix)

Tweetoizo n°1 : le Martinet noir

Retrouvez aussi le premier Tweetoizo posté sur @Taigasangare consacré au Martinet noir !
Pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de le lire, le Tweetoizo est tout simplement une Tweetstory où, au lieu de raconter une histoire, on décrit une espèce, tweet après tweet.

Allons donc découvrir le Martinet noir qui en ce moment fait ses dernières cabrioles de l’année dans le ciel de nos villes…

Ce soir, on va parler du petit arc noir qui écume le ciel de nos villes en poussant des Sriiiiiii ! Sriii ! stridents.
Non, pas l’hirondelle. #évidemmentyavaitunpiège

En fait, il s’appelle le Martinet noir.
Ils se ressemblent, c’est vrai. Mais ils ne sont même pas cousins. Simplement, ils sont adaptés à la même existence.

Ils chassent les insectes en plein ciel. Après, il y a les amateurs, et les professionnels.

Les hirondelles sont des Passériformes (passereaux), comme plus de la moitié des oiseaux actuels. Elles peuvent se percher, marcher.
Le Martinet noir, c’est ordre des Apodiformes, famille des Apodidés, et en latin, c’est Apus apus. #confiture

Ce qui veut dire non pas « plein de tiques » mais « sans pattes ». En fait, il en a, mais c’est tout comme. Il ne peut que ramper.
Tout, chez lui, est conçu pour le vol. C’est lui, le professionnel. Plus grand, plus puissant, plus robuste que l’hirondelle.

A force de les voir d’en bas, on les croit petits .Un Martinet noir âgé, c’est 50 cm d’envergure. Prenez une règle et voyez.
Ses orbites sont carénées, son bec s’ouvre en large gueule à engloutir les insectes, en croisant à 50-70 à l’heure.

Ce qui ne l’empêche pas d’avoir le temps de distinguer les guêpes, des insectes comestibles qui leur ressemblent (les syrphes). #slurp
En contrepartie, ses pattes ne le soutiennent pas. Elles lui servent surtout à s’agripper aux parois. Il ne se perche jamais.

Alors il vole. Jour et nuit. Oui, j’ai bien dit nuit. Le soir, il prend une poche d’air chaud ascendante et va y dormir en vol.
Il se nourrit en vol, boit en rase-flotte, dort en vol. Entre la fin de la saison des nids et le début de la suivante, il ne se pose PAS.

Il quadrille l’Afrique subsaharienne pendant neuf mois. Et dans le courant d’avril, le voilà qui débarque chez nous. #sriii
Les premières arrivées sont très échelonnées. Il doit faire assez beau et chaud pour qu’il trouve des insectes volants à bouffer.

C’est le moment où il faut retrouver son territoire et surtout un endroit où nicher. #pasdamidanslimmobilier
Il faut trouver un trou dans une façade (une falaise comme une autre) qui donne accès à une petite cavité. #studioàlouerpascher

Un trou dans un avant-toit forme un site de nidification très classique. Hop, on rentre, on jauge, et maintenant on défend son bien.

Pour défendre son territoire, et le vanter aux demoiselles des environs, un oiseau normal se perche et chante. #etlàcestpasgagné
Le Martinet ne peut pas se percher. Juste voler. Alors il vole. Il tourbillonne sans fin autour de son territoire, en criant.

Comme les Martinets forment des colonies dans les immeubles du voisinage, ils volent ensemble, se poursuivent.
Ça donne ces grandes poursuites stridentes en bande sans lesquelles les ciels de nos villes au printemps seraient bien vides.

En pleine journée, on les voit moins. Ils partent chasser les insectes à la campagne. #mangerbiocestbonpourlasanté
Et le soir, re-poursuites #mangerbouger.fr et puis toute la bande monte, monte, monte… et file dormir en plein ciel, donc.

Nous voilà mi-mai. Le Martinet tricote un vague nid de fétus pris en vol avec sa salive et pond 2 ou 3 œufs.
Il les couve une vingtaine de jours. C’est le seul truc qu’il fait à peu près comme tout le monde. Mais avant, j’ai oublié.

L’accouplement. Et bien, il a lieu en vol, bien entendu. On est Martinet ou on ne l’est pas. #commentilfait
Pas compliqué. Les deux oiseaux se rapprochent, se posent l’un sur l’autre… et voilà. Ils perdent un peu d’altitude, c’est tout.
Bon, le plus souvent, ils font quand même « ça » à l’abri des regards dans la cavité du nid. Mais l’accouplement en vol n’est pas rare.

20 jours d’incubation. 40 jours de nourrissage des jeunes. Ça, c’est si tout va bien. #météofranceavecjoelcollado
S’il pleut, s’il fait froid, c’est la catastrophe. Plus de proies. Les adultes partent au diable vauvert se nourrir. Et les nichées ?
Les poussins ont un dispositif SOS, une sorte de vie ralentie pour tenir quelques jours. Sinon, c’est la mort.

20 jours + 40 jours. Nous voilà quasi mi- juillet. Les premiers jeunes vont s’envoler. Pas facile. #jevoudraisvousyvoir
Les parents cessent de les nourrir. Brutal, mais efficace. Les jeunes, affamés, cherchent la sortie et s’y jettent. #adieumondecruel

Et là, miracle : en battant des ailes, on ne tombe pas. Les voilà partis pour un petit vol d’essai. Qui va durer dans les… deux ans.
Ben oui. Puisque le Martinet ne se pose qu’au nid, et qu’il n’est apte à se reproduire qu’à deux ans, en attendant… il vole. #putaindeuxans

Parfois, lors du grand départ, il se rate. Vlaf, par terre. Sa seule chance est que quelqu’un le trouve et le relance dans le ciel.
Un adulte sait repartir seul. Un jeune, non. Cherchez un espace dégagé (50 m) et propulsez-le vers l’avant et le haut.

ça marche. Je l’ai fait, le jeune a réussi à se lancer. Notez bien le truc car vous en trouverez peut-être dans la rue, de ces jeunes.

Les jeunes volent autour des adultes et de la colonie, la repèrent, observent l’emplacement des trous utilisés. #formationprofessionnelle
L’été prochain, ils feront la même chose : formation et repérage. En cas de pluie, évidemment, ils seront les premiers à décarrer.

Et si la saison est terrible et les morts nombreux, eux, qui auront filé à temps vers les réservoirs de proies, auront survécu.
Ils reviendront l’an prochain. Et lentement, ils refonderont et reconstitueront la colonie.

A condition qu’ils trouvent encore des trous qui n’ont pas été bouchés. Des immeubles pas remplacés par un cube de verre.
A condition aussi qu’ils trouvent encore des insectes à chasser. Qu’ils n’aient pas tous été liquidés par nos pesticides.

C’est ainsi : martinets, hirondelles etc… sont des insecticides gratuits, naturels, non toxiques et performants.
Mais nous préférons tuer leurs proies nous-mêmes, les tuer avec, et bien d’autres, et nous empoisonner nous-mêmes aussi. #wtf

Quant aux cavités, déjà, si on ne rénovait pas les façades pendant les cent jours de présence du Martinet, on respecterait la loi.
Car les Martinets sont des espèces protégées, les hirondelles aussi. On ne peut détruire ni les adultes ni les nids.

Il existe des nichoirs, à placer à 5m de haut, minimum. Il y a même des modèles à incorporer dans les façades des immeubles neufs.
En Suisse et en Allemagne, c’est désormais quelque chose de classique. En France, on continue à le prendre à la rigolade.

Enfin, pour être juste, disons que ça évolue, mais très lentement. Trop lentement.
Mais avec un peu de chance, et votre aide aussi, la #LPO parviendra à faire prendre en compte la biodiversité dans la norme #HQE.

Nous sommes fin juillet. Les Martinets ne sont chez nous que cent jours. Ils vont repartir très bientôt.

Le ciel va redevenir vide et silencieux. Ce sera un grand pas vers l’automne, mine de rien. #mélancolique

Mais pour le printemps prochain, vous savez ce qu’il vous reste à faire: guetter les premiers… pourquoi pas les accueillir !

C’est fini pour ce premier #tweetoizo … Pour en savoir plus, vous pouvez notamment consulter les deux numéros de La Hulotte (n°78 et 79) qui vous apprendront encore bien des secrets sur cette espèce si commune et si incroyable, mais aussi comment lui construire et poser un nichoir, etc.
Et aussi vous inscrire sur le site Biolovision de l’association de protection de la nature de votre coin – il y en a presque partout maintenant – vous le trouverez en cherchant « Biolovision » + « Votre département ou région » pour saisir vos observations des derniers Martinets de la saison, consulter les bestioles qui ont été vues autour de chez vous, et bien plus encore !

Ah, oui ! Hier, on me demandait: comment le reconnaître ? Et bien, malheureusement, je n’ai pas de photo à moi: ces fichues sales bêtes volent beaucoup trop vite pour mes talents de photographe. Mais vous présentera tout ce qu’il faut. Remarquez cependant que la gorge pâle n’apparaît guère sur le terrain, sauf à voir l’oiseau de très près. Enfin, comment le distinguer des Hirondelles ? Et bien, déjà, puisqu’il niche dans un trou, il ne fait pas de nid visible, ni d’ailleurs de saletés sur les murs. Les Hirondelles construisent toujours un balconnet d’argile. Enfin, les plus répandues d’entre elles ont le ventre blanc ! (Mais, dans les Alpes, à Lyon, à Saint-Etienne on a aussi le Martinet à ventre blanc… Et il y a des Hirondelles toutes grises… Un bon petit guide et c’est parti ! Bonne découverte !)