Tantôt le pigeon, tantôt la statue

Je ne suis pas sociologue. Je n’ai pas fait Science Po. J’ai fait un peu de science-peaux en prépa, quand il fallait ôter celle des grenouilles ou des oursins pour regarder ce qu’il y avait dedans. Mais j’ai appris qu’on était un « écolo qui détourne le regard parce qu’il préfère les vers de terre aux humains [et] qui baissent les yeux dans l’espoir de plaire à des boomers qui se sont plantés toute leur vie » si on ne parle pas de ce sujet-là.

Ce que je vais dire n’a donc pas plus de légitimité que le propos de n’importe quel random, comme on dit aujourd’hui, mais tout de même curieux d’Histoire. Certains ont peut-être lu un article de ma part, dans Limite n°6, sur le roman national (spoiler : j’aime pas) et c’est un peu la suite de la réflexion.

Je parle évidemment des déboulonnages de statues et des numéros de cirque de zozos yankees qui se fouettent le dos pour demander pardon pour l’esclavage.

Réglons tout de suite le premier point : l’écologie.

À deux reprises, dans Tintin au pays des soviets et dans Tintin en Amérique, on voit ce dernier suivre une voie de chemin de fer au moment où celle-ci est taillée dans le roc, au point qu’il soit impossible d’éviter un train s’il en arrive un. Il faut imaginer notre situation écologique comme très semblable, sauf qu’il y a non pas une mais deux voies ; et fonçant vers nous, le train du dérèglement climatique, et en sens inverse, celui de l’extinction biologique. Un élève appliqué résoudrait vite le problème des trains qui se croisent : pile où nous sommes, didon ! ça n’est pas de chance. Autrement dit, aucun espoir d’esquiver d’abord l’un, puis l’autre. Nous en sommes là, et quand l’ouvrier blanc, ou noir ou jaune ou brun ou rouge, ou beige, bleu, vert ou sang et or, diable rouge ou all black, sentira 40°C dans son appart suroccupé, 50 dans la rue, cinq pouces d’eau dans sa cave, et verra le prix de la nourriture s’envoler parce que faute d’insectes, il faut tout produire hors sol et payer nous-mêmes ce que la nature faisait gratos, il en fera une tête. Il sera ravi que la priorité du pays, quelques années plus tôt, ait été d’accabler d’anathèmes trois excités qui voulaient peindre en jaune le Colbert en bronze qui sert, au square, de latrines aux pigeons.

Mais comme le rappelait Thierry Roland, il suffit d’un ou deux excités, donc a fortiori de trois, pour que tout bascule.

Il n’empêche qu’il faudrait peut-être rester calme et boire frais avant de prendre trois manifs (dont deux aux US) pour les éclaireurs des armées d’Alaric ou prétendre qu’on va venir jusque dans nos bras censurer nos fils nos compagnes. Ou forcer Laurent Blanc à changer de nom. Sans le ramdam inouï d’un mouvement en qui se reconnaît fort peu de monde, le fameux « petit blanc diffamé » a toutes les chances d’ignorer sereinement que quelqu’un voudrait le faire se flageller comme esclavagiste. (En plus, ceux qui ont fait ça se sont entendu dire par les Noirs présents d’arrêter leur cinéma ridicule). De telles outrances de forme, on en a connu des centaines ; leur caractère excessif même les condamne au destin de comètes grotesques. Toutes les idées neuves commencent par d’audacieuses avant-gardes, mais tous les illuminés de l’Histoire n’ont pas mis le feu au monde. C’est même, somme toute, excessivement rare.

Mais sur le fond ? Là, je ne vais pas me faire d’amis – dites, personne ne parle d’effacer l’histoire, mais de se demander si de temps à autre, ce qu’on révère, à travers des monuments publics, ne mérite pas d’être un peu révisé. Si par hasard, les standards ne changeraient pas, parfois, de siècle en siècle. Il ne s’agit pas d’enlever, mais d’ajouter. Ôter une statue des places d’honneur n’est pas effacer le nom, c’est un contresens. Et je regrette, mais écrire dans les livres d’histoire que tel Etat, tel pays, a dû sa fortune à l’exploitation de colonies, alors que c’est vrai, n’a pas à faire scandale. Sinon quoi, on perpétuerait des bobards, au nom même de la mémoire et de l’histoire ? Dites ! Quand en septembre 39, la propagande française sort sa fameuse affiche « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts » où sur la mappemonde, l’immensité des empires coloniaux français et anglais s’oppose à la minuscule Allemagne, on ne revendique pas de devoir une part de nos fortune et puissance aux colonies, par hasard ? Est-ce qu’on va l’arracher des livres, cette affiche, pour que ça ne se voie pas trop ? Cela est. Ces faits historiques sont. C’est bien le fait les cacher, taire ou minimiser, plutôt que les révéler, qui relève de la table rase ou de l’oubli volontaire.

Au fait, l’Histoire n’est pas, et n’a jamais été un patrimoine intangible comme un tableau de maître. Hurler au sac de Rome parce qu’on changerait un nom de lycée, quelle blague ! Combien de rues débaptisées, depuis cent ans, pour devenir avenue Charles de Gaulle, rue Jean Moulin, boulevard De Lattre de Tassigny, pont Maréchal Juin ou place maréchal Leclerc ? Qui se souvient que l’avenue Foch, celle du Monopoly, s’est appelée avenue de l’Impératrice, du Général Uhrich, enfin du bois de Boulogne ? Combien de Joffre, de Clemenceau, sans parler de la foule immense des rues, places et avenues Jean Jaurès ? Ceci sans même parler des rues portant depuis le Moyen-Age les noms de l’Arbre penché ou de Saint-Frusquin, devenues rues Hégésippe Débonnaire, conseiller municipal de 1874 à 1912, ou rue Polydore Tuyère, inventeur d’un procédé de teinture des étoffes en bleu canard en 1856 ; ou de la Roche-sur-Yon, dont la gare porte encore le nom de Napoléon-Vendée. Nos récits historiques n’ont-ils pas cent fois changé ? Déplorons-nous le travail historique qui permet un regard nuancé sur Joffre, vainqueur de la Marne mais boucher de l’Artois, sur Foch, lamentable en 14 et solide en 18, et même sur Charles de Gaulle en personne ? Tout ça n’a conduit d’ailleurs à nulle damnatio memoriae. Juste rendu justice à la réalité. Enfin, ne sommes-nous pas bien aise que les historiens nous donnent de la Gaule préromaine une autre vision que les brutes paillardes peuplant des huttes de chaume disséminées dans la forêt vaguement préhistorique de la « Gaule chevelue » ?

Sous le fracas de la surface où ne guerroient souvent que des bateaux en papier, nos visions du passé changent sans cesse ; parce que les historiens travaillent, explorent, découvrent, et parce que les temps changent et que nous ne glorifions plus les mêmes actes, les mêmes hommes qu’il y a des siècles. Rome ne brûle pas à chaque fois qu’on apprend d’un empereur que c’était un crétin. Ne dit-on pas qu’il faut, aux grands comme aux petits hommes, accepter d’être tantôt la statue, tantôt le pigeon ?

Et quant à faire de la révision de la façon dont on se raconte notre histoire la marque exclusive des barbares… Je vous invite à consulter la page Damnatio memoriae de Wikipédia. Ou à relire, même en vitesse, les Histoires de Tacite. Entre la mort de Néron et l’avènement de Vespasien, trois empereurs se succèdent, chacun faisant gaiement virer les statues de son prédécesseur, relever celles du prédécesseur du prédécesseur (moins par moins donne plus), virer celles du prédécesseur du prédécesseur et relever celles du… enfin bref, vous avez compris. Pareil au temps des Pharaons. Peut-être est-ce même une marque de civilisation, que d’accorder du soin au tri des souvenirs. En tout cas, l’Histoire enseigne que ce n’est pas un trait propre au barbare.

La Tourterelle des bois, au moins, règle le problème: elle évite les statues.

Monde d’après, nouvelle ère, écologie toujours secondaire !

La bataille pour le monde d’après a commencé. Elle est semblable aux jours d’avant, d’une manière déprimante. Le président de la République martèle qu’il n’y a rien à remettre en question et que le monde de demain doit être bâti sur les bases d’hier. En avant, marteaux-piqueurs ; qu’importe qu’à force de percer le sol de la maison, on ait déjà passé plusieurs fois le pied à travers le plancher.

Pendant ce temps défilent alertes et éditos. Dernièrement, une énième tribune de célébrités. Qui, forcément, déclenche en retour la tierce : « donneurs de leçons, ils prennent l’avion sans arrêt, pas crédibles ». Une tierce qui ressemble furieusement au gars qui regarde le doigt au lieu de la lune : c’est très pratique pour esquiver le fond. Est-ce Juliette Binoche qui mesure la fonte de la banquise ? Est-ce Nicolas Hulot qui réalise les listes rouges d’espèces menacées ? Est-ce que les délires antivax de l’une et l’hélicoptère de l’autre entachent en quoi que ce soit la validité d’études dont ils ne sont ici que les porte-parole ?  La question n’est pas de savoir si Marion Cotillard est légitime pour dire de baisser son empreinte carbone mais s’il est légitime de la baisser, pour elle comme pour nous, comment, et pourquoi. Et là, ce n’est pas Marion Cotillard qui produit les chiffres, ce sont les scientifiques.

Alors, puisque ce n’est pas à Marion Cotillard, il suffirait que ce soient directement les scientifiques qui parlent. Mais ils le font ! Ils le font et ne sont pas écoutés. Au bout du compte, il y a toujours une bonne raison pour disqualifier tout le monde, et jeter le propos sans même l’avoir lu.

Mais tout n’est pas si noir ! Il y a bien un progrès, qu’on voit au fait que droite et gauche ont désormais le réflexe d’essayer de s’approprier l’écologie. À les entendre, tous deux sont les vrais écologistes, ceux qui en faisaient before it was cool. Heureux sommes-nous d’avoir une telle classe politique ! Vu l’état écologique de notre pays, en fait, non, cela se verrait, en termes de place du vélo, d’aires naturelles protégées, de linéaire de haies sauvegardé, d’érosion de la biodiversité enrayée : il n’en est rien. Il n’en est rien et le bilan des gouvernements successifs ramenés à leur coloration politique diffère bien peu, sur les 30 dernières années. Je m’étrangle à voir la droite bourgeoise industrielle se prétendre vraiment écologiste sous prétexte « qu’il s’agit de conserver, et les conservateurs, c’est nous, donc en fait, l’écologie est de droite ». Conservateurs de quoi ? S’il y avait une trace de vérité là-dedans, nous n’aurions pas assisté à une telle dévastation des haies, prairies, zones humides, allant de pair avec une chute verticale du nombre d’agriculteurs. J’ai sangloté de même devant l’élue EELV jurant que « moins de biens plus de liens était depuis toujours la devise de son parti », quand celui-ci professait avec énergie sa foi dans le productivisme greenwashé par quelques palanquées d’éoliennes.

Et les fessiers de droite comme de gauche de tracer tortillons et spirales pour jurer que la vraie écologie, c’est ici, depuis toujours, et pas en face. Nous avons rabâché que l’écologie devrait être transversale, « ni de droite ni de gauche mais concerner tout le monde ». Y serions-nous ? Pas du tout. Personne n’a mieux compris qu’il fallait se soucier d’écologie ; tous ont juste compris qu’il fallait faire semblant, prétendre que ce qu’on fait depuis l’origine est en fin de compte de l’écologie, et déformer celle-ci jusqu’à la faire coller à son plan de conquête du pouvoir. Ça se voit, vous savez.

Serait-ce que « l’écologie devrait rester apolitique » ? Pas davantage. Si l’on compile les données scientifiques, on peut savoir assez facilement ce qu’il faut faire pour stopper l’incendie : de combien de % réduire nos émissions de GES, notre artificialisation des sols, notre déforestation ; de quelles surfaces de zones humides, d’aires protégées, etc… nous avons besoin. Mais il n’y a pas qu’un seul chemin vers cet objectif, et les chemins, eux, sont éminemment du domaine politique. Qui devra renoncer à quoi, qui gagnera quoi, pour que tous, à la fin, bénéficient d’une vie bonne, tenable par la planète qui est notre biotope, ceci est du domaine du politique. Mais l’écologie politique devrait être d’abord l’écologie, ensuite les moyens politiques d’atteindre l’objectif écologique (qui est ni plus ni moins que notre survie).

Lit du Doubs fin octobre 2018 – Espirat / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)

Nous barbotons désespérément dans l’inverse : une écologie subordonnée à des objectifs politiques 0% écolo. Déroutés par ces électeurs qui, eux, s’en soucient, les partis tâchent donc de prétendre que leur programme est écolo, sans y toucher (ou si peu) ; mais cette politisation de l’écologie n’aboutit qu’à l’attacher aux lits de Procuste de programmes préexistants. Elle ne fait pas de l’écologie un sujet pour le politique, mais au contraire un objet, un hochet. Les années passent et on nous annonce inlassablement « une écologie qui tienne compte de l’économie », et toujours pas l’inverse. C’est toujours à la maison d’être brûlée dans la chaudière.

Dépolitiser (au profit d’une écologie de technocrates et d’experts « pragmatiques ») ou récupérer pour sa tambouille, deux faux-fuyants qui ratent l’essentiel : le caractère radicalement nouveau de l’écologie. De droite ou de gauche, les chemins vers un monde écologiquement viable seront nouveaux et la société qui en sortira sera bouleversée de fond en comble par rapport à celle des années 1800-2000. Pareils à la société d’après-guerre qui s’empressait de ramener au pouvoir les hommes des années 30 (Blum, Benes…) nous espérons frénétiquement que rien n’ait changé sous nos pieds. Nous consacrons toute notre énergie à nous le cacher. C’est plus rassurant. Un « monde d’après » écologique aura du mal à émerger : il fera doublement peur.


Pendant ce temps, l’horloge cogne. Les premiers mois de 2020 sont déjà les plus chauds jamais enregistrés. Les migrateurs sont toujours moins nombreux à revenir.

Assez vrillé du c… maintenant ; vous voulez faire de l’écologie politique ? Faites de l’écologie, et traduisez-la en politique ensuite. Pas l’inverse. Nous aurons bientôt crevé pour n’avoir pas voulu cesser de faire l’inverse.