#ErbiLight : derrière un buzz catho

L’opération #Erbilight est donc terminée. La délégation lyonnaise partie à la rencontre des chrétiens – et des autres minorités – chassés de leur terre par le soi-disant Etat islamique est rentrée, saine et sauve. Car ce n’était pas joué.
Peut-être sommes-nous à ce point gavés d’information que nous ne mesurons pas ce que cela signifie. Un peu avant treize heures, vendredi, nous avons croisé le groupe de ceux qui partaient. Des visages connus, des amis, sourire aux lèvres, sac au dos, l’excitation d’un départ : un camp scout ? des supporters en partance pour un quart de finale européen ? Non, ils partent pour l’Irak. Pour Erbil, à moins de vingt lieues des mitrailleuses islamistes.
Alors, c’est vrai. On a communiqué. On a fait savoir. On a usé des réseaux sociaux. On en a même joué. C’était puéril, à ce qu’il paraît, et la gravité du sujet ne le souffrait pas.
Avant toute chose, je dois préciser que mon seul rôle dans cette belle aventure a consisté à relayer les tweets, les articles, les liens. Un cran en-dessous du plus bas degré de l’échelle des petites mains du projet, vous voyez. Je n’ai eu aucun rôle dans les choix de communication. L’interprétation que j’en fais n’est peut-être pas du tout celle des décideurs. Je la livre ici telle que je l’ai ressentie, puisqu’elle n’a pas fait l’unanimité.
Le ton était donné avec un mot-dièse #Projetdeouf auquel s’accolait un autre : #teasingdeouf. Ce dernier aurait dû éclairer tout le monde : du buzz, oui, mais sans se prendre au sérieux. Une sorte de parodie, un brin d’autodérision, vous voyez – à l’image de ces deux personnages.
Jusqu’à ce que vienne l’heure de lever le rideau et de dévoiler la véritable nature du #Projetdeouf, qui pour le coup n’avait rien de parodique ni d’autodérision.
Rien de plus sérieux, puisqu’il s’agissait de porter aux chrétiens d’Irak la prière de leurs frères d’ailleurs, par le biais du diocèse de Lyon et de sa vénérable procession mariale du Huit décembre. Et surtout, surtout, il s’agissait de répondre à leur demande pressante : qu’on ne les oublie pas, et qu’on ne cesse pas de les porter dans nos prières.

Le décalage entre les termes du « teasing » et ceux du communiqué du Cardinal Barbarin, expliquant les motifs de ce second voyage en Irak de sa part, a interrogé, lui aussi. Peut-on faire rire avec les choses graves ? Ce qui est sérieux ne doit-il pas être traité avec sérieux de bout en bout ?
C’est un choix possible. N’étant pas professionnel de la communication, mon avis ne vaudra que ce qu’il vaut. Il est qu’on aurait pu, oui, faire sérieux, mais alors, je ne vois pas comment il aurait été possible de faire bien (efficace, s’entend), et en revanche je vois très bien dans quels pièges on aurait pu choir.

Il y a, aussi, que l’Église n’a pas eu à « faire djeunz » pour monter cette communication. On finit par oublier qu’en Église, et dans notre diocèse de Lyon, il y a des jeunes. Des vrais. Il y a même des geeks, des cathos deuxpointzéro, des twittos qui ont le swag et tout et tout. On aime ou on n’aime pas – mais ce n’était pas du « faux ». Ce sont vraiment des jeunes, ou des gens qui tâchent de le rester un peu dans leur tête même quand leur carte d’identité commence à asséner quelques démentis (c’est hélas mon cas). C’est peut-être aussi ça qui a surpris : la comm d’Eglise ravie aux vieilles dames caté de notre enfance, on pouvait ne plus y croire. Ce fut une rude bataille, mais au bout du compte, force resta au smartphone, contre le gâteau au yaourt. Allons, je taquine, bien sûr.

Cette comm, pour ma part, je l’apparente à la fameuse « affaire #GrosPretreCool ». Le sérieux du sujet n’impose pas la raideur, ni la grisaille, ni d’ailleurs le pathos, et on peut parler de choses sérieuses sur un ton léger. Il suffit d’un peu d’autodérision pour s’extraire du jeunisme affecté, tendance cuculiforme, de la « compote pour tous »

Mais le décalage entre le djeunz parodique assumé et la gravité de l’affaire, les risques pris par les participants sur place aussi, il m’a plu. Il surprend. Il titille.
Il n’a pas vocation à susciter des « oh ! » et des « ah ! » admiratifs. Juste à préparer le terrain, à ouvrir les attentions et les pensées, à y faire une place qui sera pour eux, eux qui en Irak ont quitté la Une de l’actualité depuis bien longtemps, et qui savent que cela signifie pour la majorité d’entre nous quitter complètement nos cœurs.

Ne pas les oublier. Si ce n’avait été le cœur de « l’opération », alors il est vrai, l’effervescence communicante eût été déplacée. Mais comment faire connaître sans dire, sans montrer ?

Mais peut-être aussi qu’au fond, ce que nous avons si fortement ressenti ce samedi vers 18h, perchés dans nos deux salles encombrées de portables fumants et pédalant dans la semoule d’un réseau saturé, quatre étages au-dessus de la place Saint-Jean, ne pouvait passer dans le goulet d’un tweet. Il fallait peut-être être un chrétien lyonnais pour éprouver de toute son âme ce que signifiaient ces images relayées sur KTO : les petits flambeaux gainés de papier que nous connaissons si bien, les banderoles « Merci Marie » si familières à nos yeux de gones. Mais là, c’est à Erbil, Kurdistan irakien. Nous avions les yeux rivés vers cet écran – je me suis retourné, je l’ai lu dans les regards – l’émotion d’une prière commune, de l’âme mariale de Lyon, comme si la procession se fût étendue, ininterrompue, d’ici jusque là-bas. Et c’est cela, aussi, que nous avons voulu transmettre, petites mains juste nanties d’un compte Twitter : l’expérience d’une union de prière, à la fois universelle et profondément lyonnaise. La volonté que notre ville donne le meilleur de sa foi à ses frères du diocèse de Mossoul.
Voilà pourquoi tant de messages, tant de tweets, tant de tout ce que vous voulez.

Ce n’est pas à Lyon. C’est à Erbil. (Photo Erbilight.org)

Et puis, que voulez-vous, c’étaient des amis qui étaient là-bas, aux côtés des chrétiens d’Irak. On les voyait tweeter – leur avatar familier apparaître sur l’écran – mais ils sont là-bas. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que Tout Cela – la barbarie, la persécution, les camps de réfugiés, leur détresse, leur foi, leur espérance, la charité qui nous unit – ce n’est pas abstrait, c’est là, tout près de nous. C’est ça aussi, je crois, être « en union de prières », cette formule quelquefois banalisée d’un sec « UDP ».

Voilà. On peut toujours faire mieux. On peut toujours faire autrement. On pourra aussi toujours être critiqué par quelqu’un qui lui-même, ne fait rien ou fait quelque chose, fait moins bien ou fait mieux, a déjà fait ou n’a jamais fait. On pourra toujours, surtout, être accusé de n’agir que pour sa gloire personnelle – le tout à grand renfort de versets.
C’est dommage. Je retiendrai autre chose.

PS : exceptionnellement, je n’ouvrirai pas les commentaires sur cet article.

Publicités

Devoir de retweet, dictature de l’instant ?

L’actualité mondiale n’est jamais rose, mais elle bat quelques records. Nous ne cessons d’en égrener la morne litanie.
D’autant qu’elle ne cesse de s’allonger : Irak, Palestine, épidémie d’Ebola, Ukraine, séisme en Chine, famine au Soudan du Sud, et même des tragédies oubliées en Papouasie…
Alors comment oser bloguer écologie, nature, contemplation, ou même prière pour un autre sujet que les victimes des déchaînements de haine du Moyen-Orient ou les souffrances de l’Afrique ? « Indécent » ! Comment peut-on se consacrer à un engagement autre que celui-ci ? Malaise. Oui, malaise. D’autant que la sphère médiatique, et notamment électronique, compte les points : « vous n’avez pas retweeté tel article ! vous n’avez pas pris position sur ceci, sur cela ! cela ne vous dérange donc pas ? »

J’avoue mon désarroi face à cet impératif de relayer à cadence imposée des informations qui le sont déjà en masse, qui se rapportent toutes à un même fait brut, pour « montrer sa solidarité » ou sa préoccupation. Un témoignage de persécuté, un appel au secours à relayer… certes ! mais cent par jour ? et à l’exclusion de tout autre sujet ?
Qu’est-ce qui nous pousse à cette activité, en fin de compte ?

Bien sûr, il existe une évidente dimension politique. Les prochaines élections sont loin, les sondages monocordes, et les manifestations, même massives et durables, rarement prises au sérieux par les gouvernements. Les réseaux sociaux sont donc devenus une forme de rue numérique où les citoyens peuvent aisément signifier, en public, leur préoccupation, et même interpeller leurs élus. Et ainsi le gouvernement français a-t-il fini par se rendre compte que le terrible sort des chrétiens d’Irak et des yézidis ne laissait pas la France indifférente. Rien que pour cela, ces prises de position numériques sont nécessaires, quelque dérisoires et peu coûteuses qu’elles puissent paraître.
Encore le résultat est-il bien décevant, mais les desiderata des citoyens ne sont manifestement pas seuls dans la balance sur laquelle nos gouvernements successifs pèsent le pour et le contre. Terrible constat d’impuissance : à moins de solutions extrêmes quelque peu ridicules, du genre rejoindre les troupes kurdes en emportant son pistolet à bouchon personnel, « faire pression » sur notre gouvernement en clamant notre volonté de voir la France s’engager est le seul levier dont nous disposons en tant que citoyens anonymes. S’il est grippé ou rompu, il n’est guère d’action concrète efficace à notre portée.
Nos évêques, forts de leur fonction et notoriété, en ont un autre, et ils en usent, avec un courage bien mal récompensé jusque-là. Mais cela marche justement parce qu’ils sont évêques. S’il me prenait fantaisie de débarquer à Bagdad au secours des chrétiens, cela leur ferait, j’en ai peur, une belle jambe.

Alors, lorsque l’impact politique espéré déçoit, pourquoi continuer à tweeter #gaza ou #irak de manière aussi massive, et surtout, ne tweeter que cela ?

On ne manquera pas de bilieux (on n’en manque jamais, de toute façon, quel que soit le sujet) pour trouver à l’affaire une dimension narcissique – poser en roi de la compassion – ou une volonté d’apaiser sa bonne conscience. C’est vrai. De combien de causes ne sommes-nous solidaires que le temps d’un clic ou d’un retweet, qui suffit à nous satisfaire ?
Nous satisfaire ? Voire. Je laisse à Dieu, qui sonde les cœurs et les reins, de discerner en chacun. Je ne sais pas quel trouble, et quel engagement réel il y a derrière la pointe d’iceberg qui m’est visible sous la forme d’un « like » ou d’un retweet. En pariant sur l’hypocrisie de mon frère, en l’imaginant enclin à faire taire sa conscience à si peu de frais, après tout, j’en fais autant. Car moi aussi, je me contente souvent de cet acte moins que minimal, et il me plaît de croire que pas grand-monde ne fait mieux : en fin de compte, c’est ma conscience que j’ai rassasiée…

L’ennui est que si mon frère n’a pas liké la page, je lui tomberai sur le poil. Retweetez l’article, vous êtes un hypocrite qui croit s’en tirer à si bon compte. N’en faites rien, et vous êtes un monstre d’insensibilité.

Il en va de même de la prière. Une « action » fort décriée, parfois même chez les chrétiens, dont toute une frange éprise d’activisme humanitaire l’a longtemps assimilée, pour le coup, à la mesquine bonne excuse de celui qui ne veut rien faire. Une telle vision de la prière en postule, du reste, l’inefficacité totale par définition, attitude déroutante de la part de croyants. Mais passons ! « Seigneur, ouvre mon ordinateur, et mon clavier tweetera ta louange » ? Faut-il alors faire sonner devant soi de la trompe sur la toile, ou bien se retirer dans le secret de sa maison, au risque de renoncer au courage de témoigner ?

C’est que sur les sacro-saints « réseaux sociaux », la parole fait l’homme et surtout, le résume. Nous n’y sommes rien de plus que ce que nous écrivons. Et écrire ne coûte rien, qu’un peu d’électricité. Seules sont relayées les actions à caractère peu ou prou public, et si tel twittos consacre nombre d’heures hebdomadaires à quelque Foyer des sans-abri, nous n’en savons rien. Nous n’en savons rien, c’est-à-dire que nous le jugerons comme s’il n’en était rien.
Chacun de nous finit par devenir un simple nuage de tags, sur lequel nous nous jugeons. Un pseudo, quelques mots, une enveloppe, une case…
Après avoir soigneusement exclu de notre jugement tout ce qui pourrait constituer l’homme derrière ce brouillard de mots !

S’agit-il alors de manifester un « ordre de priorités » ? Mais priorité n’a jamais été exclusivité. Et Dieu merci, ce n’est pas parce qu’un pays s’enflamme que c’est toutes affaires cessantes qu’il faut voler à son secours : nous retrouverions bien vite dans notre dos d’autres calamités, engendrés en peu de temps par notre concentration sur un seul sujet. Et, rendons-en grâce de nouveau, nous sommes encore assez nombreux pour que chacun de nous ne soit pas acculé à abandonner son combat, son engagement, à chaque fois qu’il s’en manifeste un nouveau. Les associations humanitaires le savent bien, rien n’est pire que le « sujet à la mode » lorsqu’il accapare par le brûlant de ses images les dons et les préoccupations : pendant ce temps, d’autres fléaux plus feutrés, mais tout aussi meurtriers, continuent à frapper sans relâche.

Venons-en à la dimension exclusive de la ou des actualités à la une. Faut-il systématiquement tout lâcher à leur seul profit ? Peut-il être audible ou décent, parmi ce chorus, de parler d’autre chose ?
Dimanche dernier, dans une paroisse des Alpes, monsieur le curé a clairement répondu par la négative, au cours d’une messe au cours de laquelle il nous a « invités » à une demi-douzaine de reprises à nous présenter devant Jésus tout perclus de honte pour notre égoïsme : « nous reconnaissons que le drame des enfants affamés en Afrique, des enfants bombardés à Gaza doit nous faire relativiser nos petites misères ». De « petites misères » que naturellement il est exclu de présenter à un monsieur Jésus qui dit à ses disciples « donnez-leur vous-mêmes à manger » (à la foule) et qui, après cela, seulement, distille son amour et son pardon à ceux qui ont bien travaillé pour les grands affamés de la Terre. (On n’explorera même pas l’hypothèse que parmi la communauté, il pût se trouver tel fidèle atteint d’une maladie incurable ou affecté par quelque autre drame : il se fût trouvé invité lui aussi à relativiser ses petites misères, n’étant même pas sous les bombes, enfin, voyons !) Ainsi, seuls les plus grands drames seraient dignes de compassion, motifs à action, et justifiant d’être présentés au Christ.

Etrange ! il ne me semblait pas que parmi les paroles du Christ ressuscité, on trouvât quoi que ce soit approchant en substance « avec ce que j’ai souffert, désormais, vous relativiserez vos pauvres petits problèmes d’égoïstes »…

Au-delà des pénibles cas de conscience qu’engendre la tarte à la crème de la hiérarchie des souffrances et de la « relativisation », il ne faudrait pas oublier le syndrome du « dossier sous la pile ». Vous savez, celui qui est toujours là, parce qu’il est grave, permanent, toujours d’actualité, et par cette permanence même, moins « brûlant ». Plus feutré, pas toujours aussi spectaculaire qu’une explosion de barbarie… et c’est ce qui le rend si dangereux. Toujours masqué par nos Unes, il finit par se faire oublier, comme une bombe à retardement, et je m’excuse de la platitude de la comparaison.
D’autant plus grande est la tentation de l’oublier qu’il autoriserait, lui, quelques actes efficaces : la crise écologique est de ceux-là, naturellement. Tout comme la malnutrition planétaire – qui a, de plus, tout à voir avec le dossier précédent… Et bien d’autres encore, dont on trouverait de même que les uns plongent leurs racines dans les autres, sans céder à l’illusion commode d’une cause unique actionnable comme un interrupteur.

Alors que faire ?
Si j’avais la réponse ! (vous voilà bien avancés ! vous avez lu jusque-là pour ça !)

Fuir ? renoncer quelque temps ?
C’est sans doute nécessaire par moments. C’était l’objet de mon pénultième billet. Reconnaître nos limites d’individu isolé à porter ou contrebattre toute la souffrance que nos divers canaux nous déversent.
Agir, mais en silence et en secret ? « Le bien ne fait pas de bruit »… ce proverbe, j’en ai peur, a pris de l’âge. Il renvoie aux temps d’avant l’ère de l’information. Le « bien qui ne fait pas de bruit » est désormais nié, ce qui compromet sa capacité à mobiliser, et finalement, sa réussite. A s’interdire le plus modeste témoignage, on reste seul, impuissant, jusqu’à jeter l’éponge, aigri de n’avoir pas été suivi, sans avoir jamais rien tenté pour cela : comment être suivi si l’on est invisible et silencieux ?
Cesser tout à fait de relayer les tragédies du temps ? Bien sûr que non. Ne serait-ce que pour manifester aux victimes une solidarité, et à nos politiques une exigence d’action adaptée, plus enracinées, plus durables que le grain semé sur le sol pierreux. L’oubli tue plus sûrement que l’impuissance. Et puis, ce serait une solution extrême, donc inadaptée.
A l’inverse, s’imposer une mobilisation exclusive et publique sur les sujets les plus chauds ? Céder aux sirènes des « comment pouvez-vous oser parler de… alors que pendant ce temps… » ?

A l’instant même, je vois dans ma TL un père jésuite relayant une initiative de producteurs pour des fruits et légumes sacrifiant le rendement de masse et la simplicité d’exploitation au profit de la saveur et de la variété. Dérisoire ? Incongru ? Nullement. Si nous ne laissons passer par nos canaux que la peur, la haine, la consternation, l’indignation, même légitimes, si nous les fermons au fragile préservé, à la beauté retrouvée, à l’artisan amoureux de son travail, à la Grâce qui se glisse par là dans notre monde en furie, nous finirons par nous noyer.