Les feux du déni

L’Amazonie brûle.

Le scepticisme flambe

Panorama :

« La forêt du Midi aussi. Ça repousse et ça lui fait même du bien. » 

« Rien de nouveau. Mais ça permet d’attaquer un président souverainiste et qui défend les valeurs. Sinon comment vous expliquez cette hystérie alors que pendant des années les ONG n’ont rien dit ? »

« Il y a autant d’incendies en Afrique et ça ne gêne personne. C’est bien la preuve que la forêt, en réalité, n’intéresse pas les écolos. ».

« L’Amazonie n’est pas le poumon de la planète : un poumon ça absorbe l’oxygène, ça n’en produit pas ! »

Voyons voir.

Ça repousse.

Alors oui, mais non. Tout d’abord, ce qui tient lieu de couvert boisé au midi de la France n’est qu’une formation secondaire. Une sorte de friche qui a repoussé vaille que vaille après l’éradication complète des forêts – dont l’existence est attestée il y a plusieurs millénaires – sous la dent des troupeaux. Une formation dégradée, simplifiée, hyperinflammable et qui, du coup, flambe tous les quatre matins (surtout quand on l’y aide). Ni ce qui brûle, ni ce qui repousse n’ont quoi que ce soit à voir avec une forêt primaire aux arbres de plusieurs décamètres de haut, dégoulinante d’humidité, à peine égratignée par le brûlis itinérant des autochtones. S’il est avéré aujourd’hui que ceux-ci ont nettement plus modelé celle-là qu’on le pensait, au point qu’on n’emploie plus le terme de forêt vierge, sa richesse, sa diversité, sa complexité n’en sont pas amputées le moins du monde. Lui comparer les garrigues du Midi ? De grâce ! Un chiffre, un seul : 35 000 espèces d’insectes pour toute la France métropolitaine. Toutes familles d’insectes et tous milieux confondus. Neuf mille espèces de coléoptères (rien que les coléoptères) dénombrés sur un seul arbre en Amérique centrale.

Une forêt n’est pas égale à une autre, pas même au sein d’un petit bout d’Europe tempérée.

Une forêt primaire, ce sont des milliers d’essences d’arbres et d’arbustes, d’herbacées, de fougères, de mousses, avec ou sans fleurs et fruits, des racines, des épiphytes, des milliers de champignons, tout cela entrelacé, noué, tissé, associé sur et sous terre et des centaines de milliers d’espèces animales dessus, dessous, dedans, dehors, avec, contre, lié, concurrent, prédateur, parasite, symbiote ; mais pas en fouillis ; chacun jouant sa partition dans un concert qui s’écrit en même temps qu’il se joue.

Si ça repousse, c’est en vingt, trente, cent mille ans et à condition de lui fiche la paix.

Nous pourrions consacrer une note et quasi un livre à cette question de la temporalité. D’ici là, sortons-nous de l’idée que « la planète s’en remettra » puisse avoir du sens à l’échelle de nos vies et de nos sociétés humaines. Oui, elle, certes ! Mais nous, c’est demain, qu’il nous faut manger, boire et respirer, pas dans cent mille ans.

« Ce n’est pas un poumon, puisqu’un poumon ne produit pas l’oxygène. » Ah ! les métaphores ! Mais si l’on entend simplement par poumon « ce qui permet de respirer », tout change déjà. Il n’a jamais été question d’autre chose. Les forêts se contentent si l’on peut dire d’être un puits de carbone (si elles brûlent, faut-il vous faire un dessin ?), de filtrer l’air, de réguler l’humidité, et d’être d’hallucinants festivals de biodiversité. Comment fallait-il dire ? Filtre à air du monde ? Cheminée du monde ? Arche de Noé du monde ? Foie du monde ? Rate du monde ? Rein du monde ? Paie ton romantisme !

Alors on a dit poumon. Pour donner un emballage inexact mais poétique à des fonctions vitales bien réelles.

L’Amazonie ne produit pas 20% de l’oxygène ? C’est vrai. C’est déjà qu’on en a défoncé la moitié et même plus depuis 60 ans. C’est aussi qu’elle n’est pas seule au turbin : il y a les forêts équatoriales du reste du monde et les forêts primaires boréales, encore plus oubliées. Et le phytoplancton.

Oubliés, sauf de ces environnementalistes qui sonnent inlassablement l’alarme depuis le début des années 70 et même avant. Je ne vous ferai pas l’insulte de donner des preuves : trois clics vous suffiront pour trouver trace d’alertes écologistes sur la déforestation en Amazonie, en Afrique et en Asie (l’orang qui combat la pelleteuse, vous vous souvenez ?) et sur la pollution des mers, aussi loin que vous voudrez, jusqu’au lointain passé des documentaires animaliers du dimanche après-midi.

Point n’est besoin de citer ici de nombreuses sources pour avoir la preuve que tous ces « poumons » sont, de nos jours, aussi bien lotis que ceux d’un accro aux gauloises sans filtre. Pas plus que ce dernier, nous ne risquons de tomber asphyxiés en pleine rue. Mais l’habitabilité du monde va changer. Pardon, elle change. Rien de nouveau ! ça s’est déjà produit, au Permien, par exemple. Avec à la clé un sacré ménage…

Quel pinaillage, dites. Y a-t-il quoi que ce soit qui puisse décemment contester le fait que la déforestation est intense, qu’elle touche toutes les forêts primaires du globe, que c’est une perte et une menace pour tous, à moins d’être indifférent au sort de millions d’espèces, de nos sociétés, et aussi de peuples entiers ?

De peuples entiers, oui. Qui se soucie des autochtones ? Sans doute plus de monde qu’on pense. Et en premier lieu le pape François. De Laudato Si aux conférences écologiques au Vatican, des synodes aux rencontres officielles, il est sans doute le dirigeant mondial qui a le plus leur sort en tête. Peuples nordiques ou forestiers, tout au nord ou tout au sud, avec lui personne n’est oublié. Il nous donne à entendre leur voix, eux qui – sans les caricaturer en « bons sauvages » à la guimauve bio – vivent depuis des siècles et plus au cœur de ces milieux qui ne sont pour nous que machins sous-productifs à « valoriser ». Ils savent que cette vie n’est pas une harmonie cuculiforme ; mais ils veulent la mener. L’agroforesterie, la vie avec la forêt, ça les connaît. Respecter la part du fondamentalement sauvage, du fondamentalement autre, qui vit là, lui aussi, ils savent aussi. Ils sont, dans l’équation, le terme qui doit à jamais nous dissuader d’opposer brutalement « le développement humain » à la forêt. Ce combat, ils le paient de leur vie.

Comme toute vie humaine, mais encore plus grâce à ce qu’elle sait, grâce à ce qu’elle nous dit de la façon dont nous pouvons habiter ce monde, cette vie vaut beaucoup.

Elle vaut plus, je crois, que le soja d’un élevage en batterie.

Derrière les controverses à l’occasion un peu puériles, le nœud du problème est, je le crains, toujours le même : la fracture passe, large et sanglante, entre ceux qui croient que nous avons besoin de la forêt amazonienne, vaste et occupée par des humains peu nombreux ne lui apportant pas de modification drastique, et ceux qui ne le croient pas. L’on pourrait, cela a déjà été fait par diverses méthodes, prouver que de diverses manières et à divers termes, il y a effectivement un intérêt, selon les critères de notre temps – maximiser, globalement, l’argent et les biens – à cette conservation. Mais on sera alors taxé de prophète de malheur.

Comme les systèmes planétaires sont beaucoup trop lourds et lents pour engendrer une catastrophe massive très brève et de nature inattendue, l’effondrement souvent évoqué ne ressemblera pas à celui d’un immeuble. Celui de l’empire romain lui-même, mètre étalon de « la décadence » et de l’effondrement, a pris plus de deux siècles et n’est guère apparu comme tel aux contemporains, en tout cas pas avant les sacs de Rome au Ve siècle. « Il ne se passe rien ! » auront beau jeu de clamer les « sceptiques ». Mais parviendrait-on à les convaincre, que ce serait horrible de conclure que nous ne voulons bien sauver des millions de vies, et l’existence de centaines de peuples, si petits soient-ils, que parce que ça rapporte plus que ça ne coûte.

Le droit de vivre, seulement pour ce(ux) qui rapporte(nt) ?

N’est-on pas là au cœur de l’écologie intégrale ?

« La crise de la biodiversité est aussi une crise profonde du rapport au monde vivant », écrit Virginie Maris dans La part sauvage du monde. L’argument de rentabilité devenu l’ultime, le seul qui ait cours sur le tapis vert, nous enferme dans une et une seule façon d’habiter le monde, plus grave : de justifier le droit d’être au monde. Un droit comptable, implacable, une logique d’industrie, une logique pour machines. Est désormais en jeu notre humanité, et plus encore : notre statut d’être vivant.

Publicités

Une réflexion sur “Les feux du déni

  1. Pingback: Foireux liens de septembre (35) : (in)cohérence des luttes – PEP'S CAFE !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s