De l’art de mal défendre son bifteck

Il y a quelques jours (déjà, car tout va très vite) cette vidéo-ci a connu sur la toile un pic de notoriété. On y voit la journaliste Nora Bouazzouni expliquer que « les femmes sont plus petites que les hommes car elles ont été privées de viande depuis la nuit des temps » (sic).

Cette interprétation de la différence de taille entre mâles et femelles de notre espèce est tirée des travaux de l’anthropologue Priscille Touraille, sous la direction de Françoise Héritier. Elle présente toutes les apparences d’une grande cohérence. Quand on y réfléchit, oui, ça doit être ça !

Sauf que. Il y a tant de « sauf que » que la vidéo a été fort mal accueillie et que naturellement, en pareil cas, que se passe-t-il ? Le pugilat se déplace en un éclair du scientifique au politique et du débat à l’invective. Pour d’aucuns, la thèse devient l’expression délirante d’un « féminazisme », c’est comme ça pas autrement, et pour d’autres, la moindre critique de la démarche relève, naturellement, du machisme et tant qu’on y est du racisme.

Aventurons un regard plus posé.

Que voyons-nous dans cette vidéo ?

D’entrée de jeu, et premier problème, une affirmation péremptoire. Une double affirmation : a/ les femmes sont plus petites et ce n’est pas normal ; b/ cela est dû à la privation de nourriture depuis la nuit des temps. Problème en effet, car si j’en crois ce résumé de son ouvrage « Hommes grands, femmes petites, une évolution coûteuse »  Priscille Touraille elle-même est loin d’être aussi affirmative. On y lit que « P. Touraille montre avec nuance que les comportements culturels peuvent fortement influer sur les traits physiques des humains et que les comportements genrés contribuent à créer des corps sexuellement différents, souvent à l’encontre des tendances naturelles. Ce livre invite donc à réfléchir sur l’interaction entre biologie et culture qui donne forme à la vie de tous les jours ». On comprend bien que passer de l’hypothèse prudente suggérée pour expliquer en partie un phénomène à la dénonciation d’une oppression cent fois millénaire est plus vendeur, mais peut-on dire sans être taxé de machisme que ce n’est pas faire honneur à la rigueur et la prudence de l’auteure qu’on cite ?

Second problème de base, le « petit a » lui-même (la taille inférieure des femmes n’est pas normale et il convient de lui trouver une raison) n’est absolument pas prouvé. On ne peut que sourire quand Nora Bouazzouni affirme tout de go que chez les Mammifères, en règle générale, la femelle est plus grosse, et convoque à cet effet l’exemple de… la Baleine bleue.

Pardon, Madame Bouazzouni, mais je maintiens qu’il n’y a pas besoin d’avoir lu les travaux de Françoise Héritier, ni même de Priscille Touraille, juste d’être un peu naturaliste comme je crois l’être, pour savoir que l’existence d’un dimorphisme sexuel est chose très variable même à l’intérieur de familles proches, et que chez de nombreux mammifères c’est bel et bien le mâle qui est le plus gros, notamment chez les Primates. La plus petite taille des femmes résulte-t-elle d’une différenciation tardive, d’une pression de sélection basée sur des comportements conscients ? la femme est-elle naturellement aussi grande ou même plus grande que l’homme ? Nous ne le savons pas et nous n’avons rien pour pencher en faveur d’une hypothèse ou de l’autre. Et c’est un peu gênant, car s’il n’y a pas de « problème », inutile de chercher une « solution ».

D’autres chercheurs que la thèse de Priscille Touraille laissent perplexe font remarquer à ce sujet que pour que l’homme soit en position de brimer la femme à ce point, encore faut-il qu’il soit le plus fort. Pour que le système marche, il faut bien l’amorcer. De nos grands-mères cromagnonnes, les fossiles tendent à nous dire qu’elles ressemblaient plutôt à des nageuses est-allemandes qu’à des Barbie Princesse, rudesse de l’existence oblige. Pourquoi se seraient-elles laissé faire ? Dans le même registre, la différenciation genrée des tâches dès le Paléolithique chère à nos livres d’enfant – graciles cousettes au coin du feu dans la grotte vs musclors chasseurs de mammouths – n’est absolument pas prouvée. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existait pas. Mais on n’en sait rien : évitons donc d’entasser les hypothèses. Pour que le truc marche, en somme, si j’ai bien compris, il faudrait

  • Soit que la femme soit déjà, naturellement, un peu plus petite ;
  • Soit que sa petite taille pour cause de brimade nutritionnelle soit héritée de comportements dominateurs mâles présents chez les ancêtres de Sapiens;
  • Ou alors imaginer de très forts éléments culturels justifiant à une époque peut-être moins haute que le Paléolithique, d’ailleurs, la conquête par les hommes de cette mainmise.

Ce qui n’est pas impossible, ne serait-ce qu’à partir de l’âge du Bronze avec l’émergence du mythe du guerrier, les statues menhirs armées etc… mais encore faut-il le documenter. Et le documenter autrement que par un mélange déroutant d’exemples contemporains et tirés de notre proche passé (situations de famine dans le Tiers-Monde moderne ou coutumes bourgeoises des années cinquante…) C’est un peu bref pour démontrer l’existence d’un phénomène soi-disant à l’œuvre de tout temps et en tous lieux, au point d’avoir modelé jusqu’à nos corps.

Et encore plus lorsqu’on souligne que cette évolution constitue un paradoxe, une balle dans le pied de l’humanité (c’est évident : sous-nourrir les femmes, c’est hypothéquer sa propre descendance). Je ne suis pas anthropologue, mais il doit en être là comme ailleurs : avant de juger qu’Untel agit de manière illogique, examinons s’il n’y a pas une logique qui nous échappe.

Bref, cette fameuse vidéo présente comme une vérité démontrée ce qui n’est qu’une hypothèse, et une hypothèse non sans cohérence, mais qui prête largement à discussion – cela se voit même pour un non-spécialiste. Une hypothèse d’autant plus prudente que l’auteure  s’aventure hors de la sociologie pour la biologie de l’évolution, dont les règles se fichent pas mal de nos constructions culturelles. Mais va-t-on prendre des gants au moment de révéler un millénaire scandale ?

Car il s’agit bien de dénoncer un scandale : le résumé visible sur la page enfonce le clou : nous sommes en présence « d’une forme ancestrale de… sexisme ». Le ton du reste de la vidéo sera à l’avenant, avec des termes tels que « arrogé », « privé les femmes de ce dont elles ont besoin par des symboliques virilistes ». Tout comme on a quitté l’hypothèse pour l’affirmation martelée, on a quitté la science pour le militantisme, qui ne s’embarrasse pas de nuances, ne renâcle pas aux généralisations et ne cherche pas davantage à comprendre un pourquoi.

Suivit l’habituel renfort à l’appui des fake news : si ce n’est pas vrai, peu importe, du moment que c’est plausible, et si ça apporte de l’eau au moulin du bon camp : si vous trouvez l’argument spécieux et mauvais défenseur de sa cause, c’est que vous êtes un ennemi ou un jaune. Qu’importe la vérité : il s’agit de charger la bonne mule.

Il n’est que de voir le traitement réservé aux objections, de quelque ton qu’elles aient été : « vous avez l’intention de critiquer Françoise Héritier ? », « c’est vrai que jamais, nulle part, les hommes n’ont opprimé les femmes », etc. Bien sûr qu’ils l’ont fait et le font encore ! Ce n’est pas une raison pour ajouter des poids truqués dans la balance. Un pieux mensonge reste un mensonge et plombe toujours sa cause. Toujours. Partout.

Je vous vois venir avec vos trompettes triomphantes, vous qui criez au féminazisme. Vous faites pareil, nous faisons tous pareil. Parce que nous ne voyons plus dans le monde de débat ni de bien commun, mais rien qu’une arène de lobbys hargneux en compétition sauvage, aucune vérité ne peut plus exister. Il n’y a plus rien que des clans et des drapeaux, et de tout propos on regardera exclusivement qui le tient, qui il sert, et par conséquent à quelle tribu assigner sa teneur et son auteur. Ici : vous demandez à voir si l’hypothèse est attestée par les squelettes antiques ? vous relevez du lobby mâle blanc cishet patriarcal. Vous l’avez relayée ? Vous êtes au choix féminazie ou islamogauchiste qui se flagelle tous les matins. L’hypothèse va dans le sens du vent, elle est donc vraie, et on ne lui en demande pas plus. Et réciproquement pour ceux qui se reconnaissent dans le camp d’en face.

Dans un monde qui n’a que le mot science à la bouche, la vérité n’importe plus. Est-ce une forme de glissement de la science à la technoscience, de la recherche de connaissance à l’utilitaire le plus dépourvu de scrupules ? « Les experts ne sont pas d’accord », élégante formule pour désigner une surenchère de thèses biaisées. La science serait-elle réduite au rang d’usine à produire du grain de telle ou telle couleur, à vendre à tel ou tel des lobbys en présence ?

Pour celles et ceux qui prennent soin d’exposer leurs données, leurs méthodes et leurs résultats, il y a de quoi s’arracher les cheveux à poignées.

Quant au chrétien, avant de barboter là-dedans, il peut se souvenir qu’il professe suivre Celui qui est le chemin, la vérité et la vie. Et qu’il devrait donc redoubler d’exigence envers lui-même.

(Autant dire que la moindre imprécision dans ce papier me vaudra la première pierre… J’ai fait de mon mieux. Parler est prendre un risque.)

Publicités

5 réflexions sur “De l’art de mal défendre son bifteck

  1. Pingback: La vérité importe-t-elle encore ? – Le Samaritain

  2. « Second problème de base, le petit a lui-même (la taille inférieure des femmes n’est pas normale et il convient de lui trouver une raison) n’est absolument pas prouvé » écrivez-vous. Je ne comprends pas cette phrase. Bonsoir.

    • Cela signifie que nous ne savons pas si la différence de taille homme/femme est naturelle ou non, étant donné qu’on l’observe chez de nombreux primates. Faire une hypothèse pour lui trouver une explication du domaine de l’acquis c’est empiler deux couches d’hypothèses. Il faut socler la première étape d’abord.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s