Tweetoizo n°3: le Rougegorge familier

En ces temps politiquement troublés, le #tweetoizo pourrait passer pour incongru, gnangnan, voire cuculiforme. Nous sommes tous bookés.

Et après ?C’est justement là qu’il est urgent de dire stop, s’asseoir, ouvrir les mains, les yeux et le reste, et se rendre prêt à recevoir.

N’oublions pas que Sisyphe, lui aussi, était quelqu’un de parfaitement overbooké.

C’est parti pour le #tweetoizo n°3. Cette fois-ci, je gage que vous ne me demanderez pas de photo pour visualiser la bestiole.

En effet, nous allons parler du Rougegorge. Vous voyez ? Maintenant, mettons-le nous aussi dans l’oreille (cliquez ici).

Ecoutez quelques-uns de ces liens. Song pour le chant, call (ou alarm call) pour les cris. Cela devrait vous dire quelque chose aussi.

Mais, me direz-vous, pourquoi y a-t-il un « chant » et des « cris » ? (Et puis même si vous ne le dites pas, je répondrai quand même) #na

Chez les oiseaux, le chant désigne l’émission vocale destinée, primo, à défendre un territoire, secundo, à y attirer une femelle.

Tout le reste relève du cri : d’alarme, de contact, de vol, etc. C’est la fonction qui compte. Il s’ensuit que le chant peut être moche.

Un jour, nous parlerons peut-être de l’outarde. Là, vous verrez ce que je voulais dire par là. #prouett #ouiellefaitça

Revenons à notre Rougegorge. Précisément, lui, il chante. Toute l’année. Même en plein hiver, alors que les autres se taisent.

Avec son plumage couleur feuille d’automne, son chant mélancolique en vient à symboliser la mauvaise saison.

Il fait gris, le vent arrache les dernières feuilles roussies. Sur la haie dépenaillée, le Rougegorge chante. Et pas pour conter fleurette.

Ce si joli chant ne sert donc qu’à une chose : défendre un territoire. Mordicus. Un territoire et ses ressources en invertébrés.

C’est qu’en hiver, la proie se fait rare et engourdie. Il faut la traquer sous l’écorce ou espérer que la bêche d’un jardinier la dévoile.

C’est ce qui incite le Rougegorge à se tenir tout près de nous. Cette grande bête avec son outil, ça fouit et déterre des vers de terre.

En somme, pour lui, l’homme est un sanglier comme un autre. Le Rougegorge y gagne officiellement le qualificatif de familier.

Si vous avez la chance de marcher tous les matins dans un endroit qui n’est pas absolument bétonné, vous avez peut-être remarqué un truc.

Un matin d’octobre, il y a des Rougegorges partout. Même en ville, s’il y a un peu d’espaces verts et de jardins, au lieu d’un, ils sont 6.

C’est qu’il en a plu la nuit. Et oui. Le Rougegorge est migrateur, et en plus, nocturne. Ils sont arrivés d’Europe du nord.

On entend leur tic-tic, puis ceux qui posent leurs valises vont vite se délimiter un pré carré, et chanter pour le défendre.

Vous l’avez compris : ce chant mélodieux, en VOST, ça donnerait très exactement « Marche à l’ombre » de Renaud. #arrachetoidlàcestpastonver

Et nos Rougegorges à nous, ceux qu’on voyait au printemps, ils en pensent quoi ? Et bien pas grand-chose : ils sont partis dans le Sud.

Du coup, si vous voyez et entendez chanter le Rougegorge toute l’année dans votre jardin, en hiver, il change. #etvousnavezrienvu

Comme, de plus, il migre de nuit, c’est grâce au baguage qu’on a pu découvrir ce grand brassage des Rougegorges européens.

Voici donc notre Rougegorge arrivé dans la haie au fond du jardin. Sa mission : survivre à l’hiver qui s’avance.

Chasseur quasi exclusif d’invertébrés comme en témoigne son bec fin, il va chercher insectes et araignées dans l’écorce, les fissures,

… le ver de terre surpris par les travaux du sol, etc. Mettez la terre à nu devant lui : il viendra parfois à vos pieds, au sens propre.

Et bien sûr, il défend son territoire. Il chante, exhibe son plastron rouge au concurrent, lui vole dans les plumes.

Il n’y a pas de miracle : une vague de froid en décimera beaucoup. Il vient parfois à la mangeoire, surtout s’il peut se nourrir près du sol.

Réduit aux dernières extrémités par la neige et le gel, le Rougegorge a même été surpris à pêcher.

Façon esquimau. Par un trou percé d’un coup de bec dans la glace fine d’un cours d’eau, il peut capturer un petit poisson.

Quoi ? Les Esquimaux n’ont pas de bec ? C’est normal. Essayez donc de percer la banquise d’un coup de bec, vous. #mendonnerezdesnouvelles

La mauvaise saison a elle aussi une fin. Mars ramène les migrateurs dans leurs pays de nidification respectifs. #etlesvachessontbiengardées

Le Rougegorge, au printemps, fréquente à peu près les mêmes milieux qu’en hiver. #cestàdire

D’abord la forêt feuillue, à condition qu’il y ait du sous-bois. Mais aussi le bocage, les jardins, les parcs, les espaces verts.

Il lui faut des arbustes et un contexte général plutôt frais et ombragé. Il s’invite en altitude, un environnement qu’il déserte en hiver.

C’est donc un oiseau très commun. Dans les bases des associations locales, la toute première donnée est souvent un Rougegorge.

C’est aussi un peu un indicateur. Plus il y en a, plus cela signifie qu’il y a des haies et des insectes, ce dont bien d’autres profitent.

Notre Rougegorge mâle a un problème. Comment reconnaître une femelle, vu que son plumage et son sale caractère sont identiques aux siens ?

C’est simple : si, quand il défie cet intrus, elle reste là, c’est une charmante demoiselle, qui s’intéresse à lui. #draguepourlestrèsnuls

On observe souvent des offrandes : le mâle apporte un insecte à la femelle qui quémande comme un poussin.

L’accouplement suit rapidement, puis la femelle construit un nid, au sol dans un fourré, ou dans une cavité (arbre, fissure, tas de bois…)

Une demi-douzaine d’œufs sont pondus, fin avril début mai, dans ce berceau d’écorce, crin et lichen très camouflé.

Les nids en hauteur, fourche d’arbre, vieux nid de Merle, sont plus communs en ville, milieu écumé par les chats.

La femelle couve seule, puis les deux adultes nourrissent la nichée. L’incubation dure deux semaines, l’élevage aussi.

Souvent, la femelle entreprend une 2e couvée, laissant le mâle nourrir la première nichée. Celle-ci envolée, il revient auprès de la 2de.

Les jeunes Rougegorges sont d’un curieux kaki tacheté de brun sombre. Dès la mue d’été, ils acquièrent le plumage de l’adulte.

Cette mue « occupe » le Rougegorge en juillet-août. Silencieux, hormis quelques cris, il se tapit dans l’épaisseur du feuillage.

En automne, les chants reprennent. Dispersés, les jeunes défendent leur premier territoire… et la migration commence.

Vous pouvez apprendre à repérer les Rougegorges autour de vous. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? Que font-ils ? Quels sont leurs ré… #ohwait

Suivre le calendrier de la Nature à travers celui des Rougegorges autour de nous, une idée pour changer de regard sur notre quotidien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s